Plus d'un milliard de dollars de diamants congolais frauduleux

H. Leclercq
Plus d'un milliard de dollars de diamants congolais frauduleux
©Jean-Luc Flémal

Le flux des diamants de la guerre ne se tarit pas... loin de là

BRUXELLES Plus encore que l'or noir, le diamant est devenu l'enjeu et le nerf de très nombreux conflits, notamment dans l'ouest africain.

Pour tenter de mettre un terme à ce trafic qui alimente largement les guérillas ou les seigneurs de guerre, la Belgique a pris la tête d'un mouvement qui entend mettre sur pied un système qui permettrait de contrôler et de certifier l'origine des pierres.
Mais, pour de nombreux spécialistes du diamant, ces techniques s'apparentent à un voeu pieu, voire, pour les plus critiques, à une tentative de couvrir du sceau de la légalité un commerce largement entre les mains de réseaux mafieux.

Des informations venant de la capitale congolaise, Kinshasa, démontrent en tout cas clairement que les pierres précieuses n'ont jamais été aussi cotées auprès des faussaires. Impossible de connaître les chiffres exacts de la fraude mais les estimations sont alarmantes. Chaque mois, des diamants - pour plus de 60 à 70 millions de dollars - seraient acheminés illégalement à Anvers. Soit un total de 800 millions pour 2001. `Une somme à laquelle il faut ajouter ce qui ne vient pas ici, reconnaît un professionnel de la Pelikaanstraat, mais qui s'embarque des deux Congo en direction de Tel-Aviv, Johannesbourg, Dubaï ou Bombay... Comptez plus de 200 millions de dollars par année.´

L'addition est salée. Plus d'un milliard $ en diamants a circulé cette année sur la terre, rien qu'en provenance du Congo, en toute illégalité. `Cela veut dire que l'Etat congolais n'a pas perçu les 300 millions $ qu'il aurait pu espérer si ces transferts s'étaient faits légalement, selon un officiel congolais qui poursuit: 240 millions de dollars , c'est le chiffre du commerce licite. Soit 20% des ventes réelles´

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be