Proche-Orient: impossible paix

H. Le.
Proche-Orient: impossible paix
©EPA

L'Union européenne et l'Egypte veulent encore y croire, mais ils apparaissent bien isolés

JÉRUSALEM Tsahal a abattu lundi trois Palestiniens, mettant à mal l'appel à la fin des hostilités lancé la veille par Yasser Arafat, une initiative qui a suscité le scepticisme du gouvernement israélien.
Comme pour souligner leur mépris face à cette déclaration, les autorités israéliennes ont brièvement interpellé le responsable de l'OLP pour Jérusalem, Sari Nusseibeh, lui reprochant d'avoir voulu organiser sans autorisation une réception de diplomates et de dignitaires locaux.
Au lendemain de l'intervention télévisée de Yasser Arafat, qu'il n'a pas regardé, le Premier ministre israélien Ariel Sharon a réclamé des actes de la part du président de l'Autorité palestinienne. `Lorsqu'on parle de la sécurité d'Israël de ses citoyens, nous nous en tenons uniquement aux actes, pas aux paroles´, a dit Sharon.
Les forces de sécurité palestiniennes ont annoncé la mort d'un militant du Hamas, Yakoub Idkadak, lors d'une opération de Tsahal menée dans la matinée à Hébron, en Cisjordanie.
L'armée a déclaré avoir voulu interroger Idkadak sur ses `activités terroristes´, et reconnu l'avoir abattu alors qu'il tentait de fuir.
Arafat a regretté ce décès, parlant d' `escalade´ de la part d'Israël et invitant Sharon à `revenir au processus de paix, à la paix des braves.´ Un responsable du Hamas a pour sa part annoncé des représailles contre Israël. `Le Hamas n'a jamais abandonné les siens comme des proies à l'ennemi sioniste, et il a toujours vengé leur assassinat´, a-t-il déclaré.
Si les Etats-Unis ont réagi avec scepticisme au discours d'Arafat, l'Union européenne y a vu une nouvelle chance de mettre fin à 15 mois de violence.
L'Egypte, elle, a décidé de prendre l'initiative. Le président Moubarak a passé les fêtes qui marquent la fin du ramadan en consultations.
Le président égyptien aurait ainsi eu des contacts avec les Etats-Unis, l'Union européenne, la Russie et le Conseil de sécurité de l'Onu.
La police navale palestinienne a accusé Tsahal d'avoir abattu de sang froid l'un de ses agents dans la ville cisjordanienne de Naplouse. L'armée israélienne a indiqué que ses soldats avaient ouvert le feu sur deux hommes armés habillés en civil, et qu'ils en avaient touché un.
Des sources palestiniennes et hospitalières ont par ailleurs annoncé la mort d'un garçon de 12 ans, Mohammed Haneidek, dans le camp de réfugiés de Khan Younis, dans le sud de Gaza.
Selon des témoins, le jeune Palestinien a été abattu alors qu'il jouait avec des amis dans les ruines d'un bâtiment détruit par Tsahal près de la colonie juive de Neve Dekalim. L'armée n'a fait aucun commentaire.


Des actes!

WASHINGTON La Maison-Blanche a appelé lundi le président palestinien Yasser Arafat à montrer par des `actes concrets´ qu'il a la volonté et l'autorité nécessaires pour faire cesser la violence des extrémistes palestiniens contre Israël.
`Les propos du président Arafat étaient constructifs mais le plus important sera de voir si ces paroles se traduisent par des actes concrets´, a déclaré le porte-parole de la Maison-Blanche Ari Fleischer.
Aucune percée significative donc pour Yasser Arafat qui doit démontrer son autorité et sa détermination par des actes (donc des arrestations dans les rangs du Hamas ou du Djihad islamique) aux Américains et aux Israéliens, tout en tentant d'éviter des excès de colère dans les rangs de la population palestinienne.
Un dilemme périlleux qui ne cesse de se compliquer au fil des jours, du raidissement américain et des actions violentes qui ensanglantent le Proche-Orient et repoussent les espoirs de paix.

H. Le.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be