Afghanistan: quelle armée à Kaboul?

H. Le.

Les vainqueurs des taliban toujours réticents face au déploiement d'une force internationale

KABOUL Mardi, les bombardements américains, qui avaient connu une petite accalmie lundi sur les montagnes de Tora Bora, ont repris, selon le Pentagone.
Dans le même temps, Hazrat Ali, l'un des trois commandants du conseil de l'Est qui ont participé à la bataille de Tora Bora, a déclaré que sa mission dans la région `était terminée. Nous n'avons reçu aucune information indiquant que des combattants d'al-Qaïda se cachent dans cette région. Nous avons accompli notre tâche.´
Des propos qui semblent indiquer que la traque de ben Laden et de sa garde prétorienne est désormais laissée aux seuls militaires des forces spéciales américaines.
Présent mardi à Bruxelles dans le cadre d'une réunion des ministres de la Défense des pays membres de l'Otan, le secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld a déclaré pour sa part que la campagne d'Afghanistan entrait dans une `phase dangereuse´ et qu'elle ne s'achèverait pas par la capture d'un ou deux chefs terroristes.
A Kaboul, les tractations se sont poursuivies sur l'installation d'une force multinationale de sécurité sous mandat des Nations unies.
La cacophonie est réelle. Certains, même dans le clan afghan, ont annoncé qu'un accord avait été atteint sur le déploiement d'une troupe de 5.000 hommes. Une information démentie par des proches du ministre afghan de la Défense.
Seule certitude, les discussions progressent... péniblement.
La semaine dernière, les responsables de l'Alliance du Nord annonçaient leur accord pour la présence d'une troupe de 1.000 soldats. Trop peu pour les Occidentaux.
Outre le nombre de militaires, Afghans et Occidentaux ne parviennent pas à s'entendre sur l'endroit où ils seraient basés et sur le contenu de leur mission.
La France a annoncé qu'elle était prête à engager 800 militaires en Afghanistan, les Britanniques, qui devraient prendre le commandement de cette force, annoncent une centaine de fusiliers marins britanniques à Kaboul dès samedi, date d'entrée en fonction du gouvernement intérimaire afghan. Le Premier ministre Tony Blair a parlé d'un effectif possible de 1.500 soldats britanniques. Côté belge, rien n'est prévu. `On pourrait déployer une unité médicale sur la frontière entre le Tadjikistan et l'Afghanistan. Mais aucune décision n'a été prise´, explique le porte-parole du ministre de la Défense André Flahaut.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be