Serge, fournisseur officiel

S.Ta.
Serge, fournisseur officiel

Au Congo, les objets Tintin ont la cote. Nos ministres les adorent

KINSHASA Certes, le Congo (RDC) et sa capitale Kinshasa ne sont pas encore des régions touristiques en vogue. Il n’empêche, les Belges qui s’y rendent aiment ramener dans leurs bagages un tableau qui copie la couverture du célèbre album d’Hergé Tintin au Congo .

La différence c’est que c’est votre nom qui y est inscrit et plus celui du célèbre reporter de bandes dessinées.

À l’heure où, chez nous, ils sont quelques-uns à polémiquer en justice sur le contenu de cet album, certes marqué par le colonialisme, les Congolais du cru en ont fait un véritable petit commerce qui donne à certains quelques faibles moyens de survie dans ce pays si particulier.

Nous avons rencontré Serge. C’est devant l’Hôtel Memling qu’il hèle avec force toute personne de passage afin de lui vendre le précieux tableau.

Serge Kisalahama nous a reçus chez lui dans la cité en bordure du centre-ville de Kinshasa. Là, où est installée son usine , comme il dit.

Serge a 31 ans et il vit avec ses deux fils, sa maman, ses frères et leurs familles dans une toute petite maison de béton, sale et entourée d’égout à ciel ouvert. Un habitat que connaissent près de 90 % des Kinois.

Et si la concurrence pour ce type d’objets est rude, Serge peut s’enorgueillir d’être le fournisseur de Didier Reynders, Louis Michel et André Flahaut entre autres, lorsque ces derniers se rendent au Congo.

“J’ai les numéros de téléphone de Louis Michel et André Flahaut. André Flahaut est venu récemment, il m’a invité à boire un verre et il m’a commandé quelque chose pour sa fille.”

Lors de la visite d’Albert II en juin 2010 à Kinshasa, il a réalisé un Albert II au Congo qu’il n’a malheureusement pas pu remettre au Souverain. Mais Serge rêve de venir à Bruxelles pour exposer ses œuvres.

Les Tintin sont purement alimentaires car il peint aussi de vrais tableaux : “Louis Michel va m’aider à venir à Bruxelles pour montrer mes tableaux. Il me l’a promis. Mais je dois réaliser près de 50.000 œuvres que je mettrai dans un conteneur.”

Serge ne désespère pas de réaliser son rêve et de sans doute quitter cette misère infâme dans laquelle est plongée la plus grande partie d’un peuple qui mérite certainement mieux que ça.



© La Dernière Heure 2011

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be