Quand le Vatican se fige

Envoyé spécial au Vatican, Bosco d’Otreppe
Quand le Vatican se fige
©AFP Internet

Drôle d’ambiance ce dimanche matin place Saint-Pierre. Tournés vers leurs souvenirs et vers l’avenir, les catholiques attendent

CITE DU VATICAN

“Le Vatican est un pays unique, nous explique un prêtre français. C’est le seul État au monde où le temps semble pouvoir se figer totalement. Lorsqu’il n’y a plus de pape, tout s’arrête. Certes, les cardinaux se rencontrent, discutent, se découvrent, mais rien ne semble bouger, et le bon peuple catholique attend, prie et fait ses pronostics. Vu de l’extérieur, tout est suspendu.”

On ne pourrait lui donner tort. Ce dimanche matin, à l’ombre du dôme de la basilique Saint-Pierre, il y avait quelque chose d’étrange, un goût de trop peu. Il suffisait pourtant de jeter un œil vers les appartements pontificaux qui dominent la place pour remarquer que les volets demeureraient désespérément fermés.

Pour la première fois depuis huit ans, il n’y avait ce dimanche matin plus de pape pour célébrer l’Angélus dominical. Pourtant, quelques croyants avaient tenu à se rassembler sous le soleil du printemps pour prier au cœur du Vatican. Car dans l’attente de la fumée blanche, les catholiques restent très attentifs à leur Église.

Au cœur des conversations, siégeaient les nombreux souvenirs de ces moments si particuliers vécus cette dernière semaine. Et comme nous l’avions ressenti lors des adieux du pape, se croisaient plusieurs sentiments entremêlés.

L’émotion, d’abord, d’avoir quitté un souverain qui a su les toucher, la joie également pour les croyants d’être ensemble et rassemblés , mais aussi l’attente un peu anxieuse chez certains face à l’avenir de leur institution. “C’est difficile pour nous d’entendre tout ce que l’on dit au sujet de notre Église, et nous aussi il nous arrive de ne plus savoir trop quoi penser. Mais on décide de faire confiance” , reconnaît une touriste belge.

Et leurs pronostics quant au prochain pape ? À ces questions aussi, les conversations s’animent. Si les fidèles que nous avons croisés ce matin ne peuvent s’arrêter sur un nom, le portrait-robot se laisse esquisser facilement. Le pape devra être plus jeune, dynamique, capable surtout de réaliser ce qui se vit dans les paroisses, donner plus de place aux femmes, et savoir répondre aux questions de sens qui se posent au monde avec l’évolution de la médecine et de la science.

S’il ne répond pas à ces critères, il y aura toujours moins de prêtres, assurent nos fidèles. “C’est bien sur ces sujets que vont se pencher patiemment les cardinaux” , termine notre prêtre français. “Par contre, sachez-le, une fois que la fumée blanche s’échappe de la cheminée, tout s’accélère, et il n’est plus question de patienter. En 2005, le jour de l’élection de Benoît XVI, j’attendais ici même avec quelques amis. À peine les premières volutes de fumée blanche se sont-elles élevées que nous avons pu voir les gens accourir de toutes les rues avoisinantes pour arriver à temps. C’était incroyable. L’élection d’un pape est toujours un grand moment pour l’Église, et il ne nous reste plus que quelques jours avant de revivre cela.”



© La Dernière Heure 2013

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be