Euthanasie chez les mineurs: la Belgique vivement critiquée à l'étranger

La Chambre a approuvé jeudi par 88 voix pour, 44 contre et 12 abstentions le projet de loi qui étend aux mineurs la loi de 2002 sur l'euthanasie. Une décision qui n'est pas passée inaperçue en dehors de nos frontières. Découvrez les nombreuses réactions critiques!

S.Legros
Euthanasie chez les mineurs: la Belgique vivement critiquée à l'étranger
©Photonews

La Belgique a dit "oui" ce jeudi au projet de loi très controversé sur l'extension du recours à l'euthanasie chez les mineurs. Notre pays est ainsi devenu le premier à autoriser la procédure pour les enfants malades quel que soit leur âge. Seuls les Pays-Bas l'autorisaient déjà pour les enfants âgés de douze ans au moins.

Si le sujet est apparu extrêmement sensible en Belgique, que dire alors de sa réception à l'étranger. De nombreux médias ont ainsi vivement critiqué la position de la Belgique concernant l'euthanasie chez les mineurs. Le quotidien allemand Die Welt a déclaré que notre pays s'était "planté", se plongeant dans un profond "abîme moral". "Un Etat qui autorise une telle chose est un Etat en faillite", estime le média allemand, selon des propos rapportés par Reuters.

Même aux USA, la décision belge a fait du bruit. Le télévangéliste Pat Robertson est allé jusqu'à "enfoncer" la Belgique, la jugeant "cruelle" comme elle le fut "lors de la colonisation en Afrique", faisant allusion à l'attitude des autorités dans l'ex-Congo belge. "Ils torturaient les indigènes, ils leur coupaient les mains quand la production n'était pas suffisante. Ils les fouettaient et ils les marquaient au fer rouge. C'était tout simplement horrible", a déclaré Pat Robertson sur la chaîne Catholic Broadcast Network, cité par Reuters.

Le mois dernier déjà, l'ancien candidat républicain Steve Forbes n'avait pas été tendre avec les Belges, les qualifiant de "lâches" et faisant un parallèle avec les nazis."Nous sommes sur une pente glissante qui nous conduit à une société comme on en rêvait dans l'Allemagne nazie, où on traite les 'indésirables' comme de vieux habits...", a ainsi écrit l'éditeur conservateur.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be