"Nous ne voulons pas voir l'Ukraine dans l'Otan", assure la Russie

La Russie s'est déclarée mardi opposée à l'entrée de l'Ukraine dans l'Otan, estimant que cela constituerait un "défi sans précédent" à la sécurité européenne.

AFP
"Nous ne voulons pas voir l'Ukraine dans l'Otan", assure la Russie
©REPORTERS

La Russie s'est déclarée mardi opposée à l'entrée de l'Ukraine dans l'Otan, estimant que cela constituerait un "défi sans précédent" à la sécurité européenne.

"Nous ne voulons pas voir l'Ukraine dans l'Otan", a déclaré l'ambassadeur de Russie auprès de l'Union européenne, Vladimir Chizhov, au cours d'une rencontre avec des journalistes. "L'Ukraine dans l'Otan serait un défi sans précédent à la sécurité européenne, le plus important depuis la chute du Mur de Berlin", a-t-il ajouté.

Le gouvernement ukrainien a annoncé fin août sa volonté de relancer le processus d'adhésion à l'Otan, interrompu en 2010 par le régime prorusse du président Viktor Ianoukovitch. L'Otan a laissé la porte ouverte, sous réserve que Kiev fasse les "réformes nécessaires", "s'adapte aux normes de l'Otan" et "remplisse tous les critères".

Malgré l'opposition de Moscou, l'Otan s'est déjà élargie à d'anciens pays du bloc communiste comme la Pologne, mais aussi en 2004 aux Pays baltes, trois ex-républiques soviétiques.

M. Chizhov a aussi mis en garde contre un "parti de la guerre" en Ukraine.

Un protocole de cessez-le-feu en douze points a été scellé vendredi à Minsk entre Kiev et les rebelles prorusses pour mettre fin à cinq mois d'un conflit qui a fait près de 2.800 morts, selon les derniers chiffres de l'ONU. Il tient depuis, malgré quelques incidents.

Lundi, l'UE a approuvé une nouvelle série de sanctions contre Moscou. Mais les 28 sont convenus de se donner quelques jours pour décider de les mettre en oeuvre, en fonction notamment de la situation sur le terrain. Une nouvelle réunion de leurs ambassadeurs auprès de l'UE est prévue mercredi.

"Notre message à l'UE est le suivant : ne portez pas atteinte au processus de paix en soutenant le parti de la guerre en Ukraine", a dit M. Chizhov. Il a semblé opposer le président Petro Porochenko, "qui a intérêt à la réussite du cessez-le-feu", notamment dans la perspective des prochaines élections législatives, et un "parti de la guerre" dont il n'a pas précisé les responsables.

"Seul le Conseil de sécurité de l'ONU a le droit d'imposer des sanctions", a aussi lancé le diplomate. Celles imposées à la Russie par l'UE sont "injustes et fallacieuses", car elles sont "fondées sur l'hypothèse que la Russie est partie au conflit", ce qui "n'a jamais été, n'est pas et ne sera jamais le cas", a-t-il assuré.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be