Charles Michel au sujet des attentats de Paris: "Nous ne sommes pas devenus en un an des incapables"

Alors que le Premier ministre participe à un sommet franco-belge notamment avec son homologue Manuel Valls (PS), Charles Michel (MR) était l'invité d'Europe 1 ce lundi matin. L'occasion d'évoquer avec le journaliste Thomas Sotto plusieurs sujets et notamment bien sûr les attentats de Paris et Molenbeek.

Jacques Besnard
Charles Michel au sujet des attentats de Paris: "Nous ne sommes pas devenus en un an des incapables"
©BELGA

Alors que le Premier ministre participe à un sommet franco-belge notamment avec son homologue Manuel Valls (PS), Charles Michel (MR) était l'invité d'Europe 1 ce lundi matin. L'occasion d'évoquer avec le journaliste Thomas Sotto plusieurs sujets et notamment bien sûr les attentats de Paris et Molenbeek. Le chef du gouvernement a tout d'abord affirmé que "la menace a baissé à Bruxelles" tout en concédant, cependant qu'elle reste d'actualité. "Très probablement nous avons réussi à déjouer des réseaux au moins du type logistique. Partout en Europe, il y a des menaces qui planent au départ de Daech, au départ de l'Etat islamique. On ne peut pas exclure qu'il y ait encore en Europe, en France, en Belgique et dans d'autres pays européens des personnes qui ont de mauvaises intentions".

La mère d'une victime du Bataclan a annoncé qu'elle comptait porter plainte contre l'État belge qu'elle a accusé "d'inaction" dans la surveillance des djihadistes. Charles Michel a affirmé qu'il comprenait "parfaitement la douleur absolument atroce des familles." Il a néanmoins tenu à rappeler qu'il y avait "une très grande détermination" du gouvernement belge à "faire le mieux possible."

"Je regrette les caricatures exprimées contre la Belgique", a-t-il également indiqué. "Il y a un an les services de sécurité belges étaient cités en exemple car on avait déjoué des attentats à Verviers, nous ne sommes pas devenus en un an des incapables."

Interrogé sur le fait de savoir si Salah Abdeslam, l'un des principaux instigateurs des attentats de Paris actuellement toujours en fuite, était encore en Belgique, Charles Michel a expliqué qu'il n'avait pas "d'indication à cet égard."

Molenbeek avait été pointé du doigt en France après le 13 novembre et la découverte que plusieurs terroristes étaient partis de Bruxelles. Le journaliste français a bien évidemment souhaité en parler en demandant au Premier ministre si la situation avait changé. "S'il y avait une baguette magique, on le saurait... Ca fait des mois bien avant les attentats de Paris que les autorités locales ont pris de nombreuses mesures pour tenter de renforcer la sécurité et le travail de prévention".

Charles Michel a enfin annoncé que des "annonces de moyens supplémentaires seront faites par le gouvernement cette semaine".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be