Un étudiant indonésien gagne plus de 90.000 euros en vendant ses selfies

L'histoire de Sultan Gustav Al Ghozali a de quoi interpeller. Comme l'explique CNN Indonesia, le jeune homme de 22 ans a déjà gagné 1,5 milliard de roupies, soit un peu plus de 91.000 euros en vendant des selfies.

J.F.

L'étudiant à l'université de Dian Nuswantoro s'est pris en photo dans la même position de 2017 à 2021. L'idée était de faire un timelapse (une vidéo accélérée) lorsqu'il aurait son diplôme en poche. Mais ses plans ont rapidement pris une autre dimension. En décembre, il décide d'envoyer ses selfies sur la plateforme OpenSea, l'un des plus grands marchés NFT du monde.

Le "Non-Fungible Token" (NFT), soit en français un "jeton non fongible", est un nouveau type d'actif numérique, qui utilise la technologie de la blockchain, un répertoire d'authentification partagé entre une multitude d'individus. Un NFT est unique et ne peut pas être échangé contre un équivalent.

L'étudiant a donc mis en vente des centaines de selfies, sous forme de NFT, pour le prix de 3 dollars. "Je me suis dit que ce serait drôle si des gens collectionnaient mon visage." Il ne croyait pas si bien dire... Des membres de la communauté NFT indonésienne ont commencé à parler de l'initiative de l'étudiant. Des selfies ont ensuite été achetés par sa famille mais aussi par des personnalités indonésiennes. Le succès a été tel que la direction générale des impôts l'a félicité sur Twitter, mais lui a aussi rappelé qu'il devrait payer un impôt sur ses gains.

"Je ne pensais vraiment pas que quelqu'un achèterait ça", explique-t-il à CNN. Pourtant, certaines de ses photos sont montées à 950 euros/pièce. En tout, l'étudiant a déjà gagné l'équivalent de 91.000 euros. "Ma seule crainte est que mes photos soient utilisées à mauvais escient", explique-t-il.

Les investisseurs, eux, semblent ravis de posséder une oeuvre unique, qu'ils espèrent un jour pouvoir revendre plus cher...


Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be