Une attaque contre l'Ukraine "reste tout à fait possible", déclare Joe Biden

Le président américain a pris la parole à la Maison Blanche ce mardi soir.

La Rédaction avec AFP
Une attaque contre l'Ukraine "reste tout à fait possible", déclare Joe Biden
©AFP

Joe Biden s'est exprimé ce mardi soir à propos de la Russie et de l'Ukraine, après que Moscou a annoncé un retrait partiel de ses forces déployées autour de l'Ukraine.

"On est prêts à répondre en cas d'attaque russe en Ukraine, ce qui reste une possibilité. Ca a été notre approche ces derniers mois, et ça le reste. (...) Nous devons donner à la diplomatie toutes ses chances de réussir".

Le président américain a réitéré la menace de mesures "puissantes", qui mettront notamment "la pression sur leurs institutions financières les plus grandes et importantes et sur des industries-clés", réaffirmant aussi que le gazoduc controversé Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne n'entrerait jamais en activité en cas d'attaque russe.

"Nous n'avons pas vérifié à ce stade" un retrait de troupes russes, a encore déclaré le président américain. Ces troupes sont évaluées désormais à "plus de 150.000", et demeure dans "une position menaçante".

"L'Otan, les USA et l'Ukraine ne menacent pas la Russie, a insisté le président. Nous n'avons pas de missiles en Ukraine et ne comptons pas en installer. Aux citoyens russes: nous ne sommes pas vos ennemis, et je ne crois pas que vous souhaitiez une guerre sanglante et destructrice contre l'Ukraine, un pays avec lequel vous partagez des liens profonds, une histoire et une culture. Nous nous sommes battus à vos côtés pendant la Seconde Guerre mondiale. C'était une guerre de nécessité, mais si la Russie décide d'envahir l'Ukraine, ce sera une guerre par choix, une guerre sans cause ni raison".

Des sanctions prêtes en cas d'invasion de l'Ukraine

Mais Joe Biden a aussi déclaré qu'en cas d'invasion de l'Ukraine, les sanctions étaient "prêtes", et pèseraient lourdement sur la finance et les entreprises russes.

Les États-Unis sont par ailleurs également "prêts à répondre" à des agressions qui pourraient les viser, ainsi que leurs alliés, par exemple sous forme de cyberattaques.

Il a aussi fait valoir que, si aucun soldat américain n'irait combattre en Ukraine, qui n'est pas membre de l'Otan, les Etats-Unis étaient prêts à utiliser "toute leur puissance" pour défendre si besoin "le moindre pouce de territoire" d'un Etat membre de l'alliance militaire.

En envahissant l'Ukraine, la Russie "se porterait préjudice à elle-même", a-t-il affirmé, assurant que les Occidentaux étaient "unis et déterminés comme jamais" à défendre leurs "valeurs" face à la menace que fait peser Moscou.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be