Le cri du coeur de Natalia, belgo-ukrainienne: “Il ne faut plus traîner à venir nous aider sinon ce sont des cercueils qu’il faudra nous envoyer”

Natalia Ostach, belgo-ukrainienne dont la famille vit dans la ville de Lviv, déplore la passivité européenne et témoigne de la situation sur place.

Le cri du coeur de Natalia, belgo-ukrainienne: “Il ne faut plus traîner à venir nous aider sinon ce sont des cercueils qu’il faudra nous envoyer”
©DR
Natalia Ostach est née en Ukraine et vit depuis 30 ans dans la région de Mons où elle travaille à la chambre du Commerce dans le Hainaut. A côté de sa fonction, elle exerce le métier de traductrice...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité