De l'incertitude, une petite jalousie et des rumeurs... Dans les coulisses de la nomination d'Elisabeth Borne comme Première ministre française

Si elle faisait figure de "favorite", tout n'a pas été si simple ces dernières semaines pour Élisabeth Borne.

De l'incertitude, une petite jalousie et des rumeurs... Dans les coulisses de la nomination d'Elisabeth Borne comme Première ministre française
©AFP

Élisabeth Borne a été désignée lundi nouvelle Première ministre de la France. Elle succède à Jean Castex et devient la deuxième femme de l'histoire en France à accéder à ce poste, 30 ans après Edith Cresson (1991-1992).

La nomination d'Élisabeth Borne comme Première ministre n'est guère une surprise car les rumeurs affirmaient que c'était une femme qui allait occuper le poste. De plus, cette technicienne tenace, jugée loyale, est perçue par la macronie comme ayant fait ses preuves au gouvernement pendant tout le dernier quinquennat, des Transports au Travail en passant par l'Ecologie. Cette ancienne directrice de cabinet de Ségolène Royal a également le mérite d'appartenir à l'aile gauche de la macronie, un atout à l'heure où s'annoncent de nouvelles réformes sociales, à commencer par celle sur les retraites.

Toutefois, comme rapporte BFMTV, tout n'a pas été si simple pour Élisabeth Borne ces dernières semaines. En effet, elle a bien cru voir le poste lui échapper. Tout avait bien commencé le 28 avril, quatre jours après le sacre de Macron. Ce dernier l'avait reçue à l'Elysée pour un entretien privé.

Sauf qu'après ce rendez-vous, la femme de 61 ans n'a plus eu aucune nouvelle du président. "Elle n'a pas eu de son et d'image du président de la République et d'Alexis Kohler (secrétaire général de l'Élysée, NDLR) pendant une semaine", indique à BFM un conseiller d'Emmanuel Macron.

Un silence qui a inquiété Élisabeth Borne, jusqu'à provoquer chez elle un brin de jalousie. Selon BFM TV, qui cite une participante, "lors du dîner d'adieu, Élisabeth Borne a même demandé à plusieurs membres du gouvernement s'ils avaient eu un entretien avec le président". Nos confrères ajoutent qu'elle "a peu apprécié que Bruno Le Maire soit reçu et pas elle".

Nouvelle frayeur pour l'ex-ministre du Travail: la rumeur Catherine Vautrin, qui prenait de l'ampleur ces derniers jours. Cette dernière, présidente du Grand Reims et proche de l'ex-président Sarkozy, a toutefois payé cher son opposition au mariage pour tous, une partie de la majorité se montrant craintive à cet égard.

Ce week-end, Emmanuel Macron a pris contact avec les chefs de sa majorité pour avoir leur avis sur la nouvelle Première ministre. Selon BFMTV, le président n'a toutefois pas demandé clairement ce qu'ils pensaient d'Elisabeth Borne.

Finalement, ce lundi midi, soit plus de trois semaines après l'élection, le cabinet de la principale intéressée a appris sa nomination pour le poste clé. Avant, dans l'après-midi, l'officialisation devant toute la France.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be