En campagne pour les législatives, Jean-Michel Blanquer visé par un jet de mousse sur un marché : "Je viens d’être agressé par deux individus"

L'ex-ministre de l'Education nationale a été la cible de deux enseignants, alors qu'il était en déplacement dans le Loiret pour les élections législatives.

La Rédaction avec AFP

L'ancien ministre de l'Education nationale et désormais candidat aux élections législatives françaises dans le Loiret, s'est fait asperger de mousse ce samedi alors qu'il était en campagne. En déplacement près du marché de Montargis (Loiret), Jean-Michel Blanquer a reçu plusieurs jets de crème chantilly de la part de deux enseignants. Les faits se sont produits vers 11H30.

Sur Twitter, le candidat macroniste est revenu sur son agression : "Une campagne électorale est un moment de bonheur démocratique par l’échange (...). Je viens d’être agressé par deux individus qui veulent casser cela. Ne l’acceptons pas. Vive le calme, vive le respect, vive la démocratie", a-t-il écrit.

Jean Michel Blanquer a porté plainte et les deux individus, qui ont aussi insulté l'ex-ministre, ont été placés en garde à vue. Sur Facebook, le maire de Montargis Benoît Digeon a indiqué que les "deux individus ont été transportés au commissariat de Montargis".

Le procureur de la République de Montargis Loïc Abrial a indiqué dans un communiqué qu'une enquête de flagrance avait été ouverte pour "violences volontaires aggravées". "L'ancien ministre de l'Education nationale a été aspergé de crème chantilly et insulté par deux hommes, âgés de 51 et 57 ans. La victime n'a pas été blessée. Les intéressés, domiciliés dans l'agglomération montargoise, exercent la profession d'enseignants dans le secondaire", a précisé le procureur.

"Interpellés sur les lieux des faits, ils ont été aussitôt placés en garde à vue pour violences volontaires en réunion. Ils sont actuellement entendus par les enquêteurs du commissariat de police de Montargis", a précisé Loïc Abrial. Les deux enseignants sont inconnus de la justice.

La Première ministre Elisabeth Borne a elle aussi réagi. Dans un tweet, elle a apporté son soutien à Jean-Michel Blanquer, tout comme l'actuel ministre de l'Education nationale, Pap Ndiaye.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be