"C'est surtout le premier menteur": Elisabeth Borne fustige le comportement de Jean-Luc Mélenchon

La Première ministre s'est lâchée en réunion visio-conférence avec les candidats de la macronie.

"C'est surtout le premier menteur": Elisabeth Borne fustige le comportement de Jean-Luc Mélenchon
©Montage AFP

Ce dimanche soir, Jean- Luc Mélenchon avait publiquement déclaré que la coalition des gauches Nupes arrivait "en tête" au premier tour des élections législatives françaises et qu'elle serait "présente dans plus de 500 circonscriptions au deuxième tour".

Finalement, selon les résultats définitifs communiqués plus tard par le ministre de l'Intérieur, la coalition d'Emmanuel Macron s'est imposé face à à l'alliance de gauche de quelque 21.000 voix. Un verdict que conteste la Nupes.

Du côté de l'AFP, qui a fait le décompte, la coalition des gauches se hisserait finalement dans 357 circonscriptions. Loin donc des 500 circonscriptions avancées par le chef de file de La France insoumise.

Lors d'une réunion à distance avec près de 250 candidats du camp présidentiel, la Première ministre Elisabeth Borne n'a pas manqué de tacler le comportement de Jean-Luc Mélenchon. "Il ment sur les résultats de son camp en gonflant les chiffres pour faire les gros titres à 20h", a-t-elle déclaré, selon des propos relayés par Le Figaro. Ajoutant: "Dès hier, Jean-Luc Mélenchon a montré à nouveau ses pires travers: quand il n'est pas en tête, il accuse les chiffres". "Quand on ment à ce point aux Français, on ne les respecte pas. Quand on est prêts à toutes les contre-vérités et toutes les compromissions pour atteindre le pouvoir, on ne peut pas laisser passer".

Elisabeth Borne, qui indique que "quand Jean-Luc Mélenchon prétend vouloir être Premier ministre, c'est surtout le premier menteur", a mis également en garde ses partenaires contre les mensonges du leader de La France insoumise sur le programme des candidats de la macronie. "Il insinue partout que nous voudrions augmenter la TVA. Mais notre programme est clair : pas un impôt de plus. C'est ironique de la part de quelqu'un qui veut créer 30 nouvelles taxes et 35 nouveaux interdits", a-t-elle déclaré. Avant de conclure: "Il ment tellement qu'il en arrive à se contredire lui-même, capable d'expliquer en même temps que la police tue et qu'il n'est pas 'anti-flic'".

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be