L'ex-chancelière allemande Merkel rappelée à l'ordre par la justice : elle a violé un principe politique

L'ancienne chancelière allemande Angela Merkel a été réprimandée par la justice, jeudi, pour avoir dénoncé un accord passé avec le parti d'extrême droite Alternative pour l'Allemagne (AfD).

DPA
L'ex-chancelière allemande Merkel rappelée à l'ordre par la justice : elle a violé un principe politique
©AP

Elle a violé le principe d'égalité des chances des partis, ont estimé les juges de la Cour constitutionnelle. La cour se réfère à février 2020, lorsque le parlement régional de Thuringe avait choisi un homme politique libéral pour diriger le Land. Thomas Kemmerich avait été élu grâce aux votes de trois partis: les libéraux démocrates du FDP, les démocrates-chrétiens d'Angela Merkel (CDU) et - plus controversé - l'AfD.

Le fait que la CDU avait joint ses forces à l'AfD pour élire un ministre-président avait généré un choc politique en Allemagne, où l'AfD, parti ouvertement hostile aux migrants, est pratiquement exclu du pouvoir au niveau régional et fédéral, bien qu'il soit présent dans tous les parlements.

C'est dans ce contexte qu'Angela Merkel avait déclaré que le résultat de l'élection en Thuringe était "impardonnable et devait dont être inversé". C'était "une mauvaise journée pour la démocratie", avait-elle dit.

Thomas Kemmerich a finalement démissionné trois jours plus tard, après quoi un ministre-président de gauche avait pris sa place, Bodo Ramelow, élu le mois suivant.

L'AfD avait alors promis de saisir la justice contre Merkel pour avoir forcé Kemmerich à démissionner. La Cour constitutionnelle a jugé qu'elle avait effectivement été trop loin

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be