Emmanuel Macron tire les conclusions des élections législatives : "Un gouvernement d'union nationale n'est pas justifié"

Première prise de parole pour le président français depuis les résultats des élections législatives, lors desquelles il a perdu la majorité absolue à l'Assemblée nationale.

Emmanuel Macron tire les conclusions des élections législatives : "Un gouvernement d'union nationale n'est pas justifié"
©AFP

La France traverse une crise politique. Les élections législatives ont privé le parti présidentiel d'une majorité absolue à l'Assemblée, annonçant un second quinquennat difficile à gouverner pour Emmanuel Macron. Mardi et mercredi, le chef de l'Etat a rencontré les chefs des principales forces politiques élues. Il s'est exprimé ce mercredi soir dans une allocution.

"Le 24 avril vous m'avez renouvelé votre confiance en m’élisant Président de la République", a d'abord commencé Emmanuel Macron. "Les 12 et 19 juin dernier vous avez élu vos députés (...). Je ne peux d'abord ignorer la forte abstention (...) ni la fracture dans la composition de notre nouvelle Assemblée", a-t-il poursuivi.

"Aucune force politique ne peut faire les lois seules. La majorité présidentielle est relative, elle doit donc s'élargir", a indiqué le président. "Nous devons collectivement apprendre à gouverner et légiférer différemment. Bâtir des compromis nouveaux, dans le dialogue, l’écoute, le respect"

"La plupart des dirigeants que j'ai reçus ont exclu un gouvernement d'union nationale. Et un gouvernement d’union nationale n’est pas justifié à ce jour. Il est donc possible de trouver une majorité plus large et plus claire pour agir, j'en suis convaincu". Emmanuel Macron envoie donc un signal clairs aux partis : "Il revient aux groupes politiques de dire en toute transparence jusqu’où ils sont prêts à aller".

Le président est donc en faveur "d'un dépassement politique", afin de ne pas perdre "la cohérence du projet que les Français ont choisi le 24 avril dernier", a-t-il déclaré avant d'esquisser son plan politique pour les prochains mois. "Dès cet été, il faudra prendre des mesures d’urgence, dont une loi pour le pouvoir d’achat, et des mesures d’urgence pour notre santé. Tous ces progrès ne sauraient être financés ni par plus d’impôt, ni par plus de dettes"

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be