Début du sommet qui doit décider du statut de candidats à l'UE de l'Ukraine et la Moldavie

Le sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'UE qui doit décider du statut de candidats à l'Union de l'Ukraine et la Moldavie a débuté jeudi peu avant 16h à Bruxelles.

Belga
Début du sommet qui doit décider du statut de candidats à l'UE de l'Ukraine et la Moldavie
©FLEMAL JEAN-LUC

La Commission avait recommandé vendredi dernier d'accorder le statut de pays candidats à l'Ukraine et à la Moldavie, dont les demandes ont suivi de peu le début de l'invasion russe de l'Ukraine. La Géorgie, qui a présenté sa demande en même temps que la Moldavie, devrait quant à elle engranger des réformes préalables pour accéder à ce statut.

Il y a un "large consensus", voire un "consensus total" parmi les 27 pour faire avancer le dossier ukrainien "dans les meilleurs délais", avait indiqué mardi la présidence française du Conseil de l'UE, à l'issue d'une réunion ministérielle à Luxembourg, préparatoire à ce sommet.

De son côté, le Parlement européen s'est prononcé ce jeudi, à une très large majorité (529 pour, 45 contre et 14 abstentions), pour l'octroi du statut de candidat à Kiev et Chisinau, lors d'une mini-plénière à Bruxelles.

Le qualificatif "historique" était dans la bouche de la plupart des dirigeants des pays de l'UE, comme le Premier ministre belge Alexander De Croo, qui y voit un "moment symbolique fort". "Face à une Russie qui fait tout pour déstabiliser l'Europe, on montre que l'on soutient ceux qui font la guerre pour les valeurs européennes, la démocratie, la liberté, la sécurité et la paix".

"Mais cela ne veut pas dire que l'adhésion à l'UE se fera tout de suite, c'est un processus qui prendra de très nombreuses années et nécessitera des réformes difficiles", a-t-il tempéré, à l'instar d'autres dirigeants européens. Des mesures de renforcement de l'État de droit et de lutte contre la corruption seront notamment nécessaires pour l'Ukraine, avait pointé la Commission européenne.

Quoi qu'il en soit, pour le chancelier allemand Olaf Scholz, l'UE doit d'ores et déjà se préparer à accueillir de nouveaux pays.

Si la décision politique se prendra ce jeudi au niveau des dirigeants, la formalisation du statut de candidat de l'Ukraine et de la Moldavie se fera ensuite, au niveau du Conseil de l'UE.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be