Brésil: arrestation d'un diplomate allemand accusé d'avoir tué son mari belge

Walter a succombé à des coups qui auraient été portés par son mari, diplomate allemand.

Brésil: arrestation d'un diplomate allemand accusé d'avoir tué son mari belge
©Shutterstock

L’affaire a fait les titres de la presse brésilienne au cours du week-end. Le consul général d’Allemagne à Rio de Janeiro, Uwe Herbert Hahn, 60 ans, est soupçonné d’avoir tué son mari, le Belge Walter Biot, âgé de 52 ans. Il a été placé sous mandat d’arrêt.

Les deux hommes étaient mariés depuis vingt-trois ans et vivaient ensemble dans un penthouse du quartier huppé d’Ipanema, au sud de Rio de Janeiro. La mort du Belge a été confirmée par les Affaires étrangères.

Vendredi soir, les services de secours avaient été appelés au chevet de Walter Biot. Uwe Herbert Hahn avait alors déclaré que son mari était soudainement tombé malade et s’était cogné la tête.

Les médecins n’avaient rien pu faire pour la victime qui était en arrêt cardiorespiratoire et qui présentait plusieurs traces de coups.

Le corps avait été envoyé à l’Institut médical légal (IML) pour expertise. Les légistes avaient relevé de multiples blessures, qui paraissaient incompatibles avec les déclarations du consul d’Allemagne.

Samedi, alors qu’il attendait à l’Institut médico-légal, Uwe Herbert Hahn a de nouveau été entendu par la police qui, après l’avoir confronté à ses contradictions, l’a arrêté.

Une expertise médico-légale effectuée dans l’appartement du couple a permis d’étayer la thèse de la mort violente.

L’appartement venait en effet d’être nettoyé. Le portail d’information brésilien G1 affirme ainsi que la secrétaire du consul avait fait le ménage car un chien léchait des traces de sang.

À l’aide de luminol qui permet de faire apparaître des traces de sang nettoyé, les experts de la police scientifique ont également mis à jour des taches de sang sur un fauteuil qui venait d’être lavé. La police en a diffusé des photos sur Instagram.

D’après la commissaire Camila Lourenço, citée par G1, le rapport d’expertise montre que Walter Biot a subi un traumatisme crânien causé par une blessure à la nuque, en plus d’ecchymoses au visage, à la poitrine, au ventre, aux jambes et sur les cuisses.

Selon le journal O Dia, au moins trente blessures ont été retrouvées sur le corps, dont une large lésion entre le ventre et la poitrine, qui laisse entendre que le corps de la victime aurait pu avoir été immobilisé.

Toujours selon le journal, la police a saisi une matraque, qui pourrait avoir été utilisée pour asséner les coups.

"Le corps raconte les circonstances de sa mort. Il y a beaucoup de preuves qu'il y a eu mort violente. Il y a des ecchymoses sur la poitrine, des coups portés par un objet cylindrique sur la poitrine. Il a été frappé, il a été battu. La version selon laquelle il serait tombé face contre terre ne tient pas", a déclaré une source policière citée par le journal O Dia.

"L'expertise réalisée a fait apparaître différents éléments qui étayent la thèse de l'homicide", souligne Camila Lourenço.

Le consulat allemand à Rio de Janeiro et l’ambassade d’Allemagne au Brésil n’ont pas commenté l’affaire.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be