Feux de forêt dévastateurs, températures inédites, crues exceptionnelles: l'été de tous les records en Europe

Alors que l'Europe avait été marquée par des inondations dévastatrices lors de l'été 2021, le vieux continent connait cette année une sécheresse exceptionnelle, entrainant des catastrophes d'une ampleur inédite.

E.L (avec AFP)

Si l'été 2022 est encore loin d'être terminé, il s'apparente déjà à celui de tous les records. Depuis le mois de juin, l'Europe est en proie à une sécheresse exceptionnelle. Plusieurs pays ont enregistré des records absolus de température et ont vu des dizaines de milliers d'hectares partir en fumée sur leur territoire. Retoursur les différentes catastrophes qui ont émaillé cette saison estivale.

Déjà plus de surface brûlée dans l'UE qu'en 2021

Les feux de forêt recensés sur le continent européen en sept mois - depuis le mois de janvier - ont déjà brûlé plus de surface que lors de toute l'année 2021. Dans les 27 pays de l'Union européenne, les incendies ont ravagé au total 517.881 hectares depuis le début de l'année (chiffres du 16 juillet), soit un peu plus de 5.000 km2, une superficie supérieure à la province de Luxembourg. Si la tendance se poursuit, 2022 pourrait ainsi égaler ou dépasser 2017, pire année enregistrée dans l'UE depuis la création du baromètre européen, qui avait vu 988.087 hectares de végétation partir en fumée.

"La situation est encore pire que prévu, même si nous nous attendions à des anomalies de température grâce aux prévisions (météo) à long terme", alertait à la fin du mois de juillet Jesus San Miguel, coordinateur du Système européen d'information sur les feux de forêt (EFFIS).

"Nous savions que ce serait un été difficile et nous nous attendons à ce que ça se poursuive, nous n'en sommes même pas à la moitié de la saison des feux", souligne M. San Miguel. "Auparavant la saison se concentrait de juillet à septembre, maintenant nous avons des saisons plus longues et des feux très intenses".

France: plus de 47.000 hectares ravagés

La France a connu dès juillet un record annuel de surfaces incendiées, informait le 5 août le Système européen d'information sur les feux de forêt (EFFIS), qui tient des statistiques comparables depuis 2006.

Depuis le 1er janvier, les incendies ont en effet ravagé 47.361 hectares dans l'Hexagone, soit plus que les 43.602 hectares brûlés comptabilisés en 2019 sur l'ensemble de l'année. Ce record a été atteint alors que la haute saison des feux n'est pas encore terminée. Ce bilan provisoire est en partie le résultat des deux incendies qui ont ravagé à eux seuls en juillet plus de 20.000 hectares de forêt en Gironde.

Fait rare, des incendies ont également touché la Bretagne habituellement plus pluvieuse. Plus de 2.000 hectares de végétation ont notamment été détruit dans les Monts d'Arrée.

Espagne: plus lourd bilan de l'UE

Depuis le début de l'année, 366 incendies ont détruit près de 230.000 hectares en Espagne selon le Système européen d'Information sur les feux de forêts (EFFIS). C'est le plus lourd bilan des pays de l'Union européenne cette année, et le plus important en Espagne depuis 2000, année des premières mesures.

Les feux ont notamment été observés à Tenerife, dans la région de Castille-et-Léon ou encore en Galice, provoquant le décès de deux personnes.

Début août, l'Espagne enregistrait déjà sa troisième vague de chaleur de l'été, avec des records de température flirtant avec les 46 degrés .Selon le Premier ministre Pedro Sanchez, la canicule qui s'est abattue durant près de dix jours mi-juillet a provoqué à elle seule la mort de "plus de 500 personnes".

Portugal: 58.000 hectares partis en fumée

Le Portugal est frappé depuis début juillet par une série d'incendies attisés par des températures caniculaires. Depuis le début de l'année, plus de 58.000 hectares sont partis en fumée, selon les données, encore provisoires, de l'Institut pour la conservation de la nature et des forêts. Les régions du centre (Mafra) et du nord du pays (Ourem) ont particulièrement été touchées, entraînant la mort de deux personnes.

Angleterre: record absolu de température

Le 19 juillet, le Royaume-Uni a dépassé pour la première fois le seuil des 40°C, avec 40,3°C relevés à Coningsby, un village du nord-est de l'Angleterre. Ce record de chaleur historique a également provoqué la multiplication d'incendies, dans un pays pourtant peu habitué aux feux de forêt. Un peu plus de 20.000 hectares y ont brûlé depuis le début de l'année, contre un peu plus de 6.000 en 2021, selon l'EFFIS.

Belgique: le mois de juillet le plus sec depuis 1885

Chez nous aussi, les vagues de chaleur se succèdent. Le mois de juillet 2022 a d'ailleurs été le plus sec depuis 1885, selon le météorologue David Dehenauw. Il y a eu à peine 5 mm de pluie comptabilisés à Uccle, la station de référence de l'Institut royal météorologique, contre 3 mm en 1885. La moyenne normale en juillet avoisine les 70 mm de pluie.

Avec un record de 40°c enregistré dans le Brabant flamand, le 19 juillet 2022 a en outre été le quatrième jour le plus chaud jamais enregistré en Belgique depuis 1892.

Allemagne, Slovénie et Grèce également touchées

Plusieurs feux de forêt ont également ravagé certaines régions allemandes, notamment dans la région du Brandebourg, autour de Berlin, ou dans le sud-est du pays, à la frontière avec la République tchèque.

4.000 hectares sont en outre partis en fumée en Slovénie, et des centaines d'incendies ont été enregistrés en Grèce.

Pour rappel, le changement climatique induit par l'homme amplifie les phénomènes météorologiques extrêmes, notamment les vagues de chaleur, les sécheresses et les incendies, augmentant à la fois leur intensité, leur durée et leur fréquence.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be