L'erreur qui a permis aux Ukrainiens de situer le QG secret de Wagner avant de le détruire

L'Ukraine a récemment attaqué le quartier général des mercenaires cachés dans une ville du Donbass. Voici comment les troupes de Zelensky ont probablement localisé leur cible.

Rédaction
L'erreur qui a permis aux Ukrainiens de situer le QG secret de Wagner avant de le détruire
©TWITTER

Ce lundi 15 août, l'Ukraine annonçait avec satisfaction avoir détruit le quartier général secret du groupe Wagner. Il s'agit d'une organisation de mercenaires qui combattent aux côtés des troupes russes. Mais comment les Ukrainiens sont-ils parvenus à trouver cet endroit réputé introuvable?

En réalité, il s'agirait d'une grossière erreur d'un journaliste prorusse: Sergei Sreda. C'est ce qu'affirme le gouverneur de Louhansk, Serhiy Hayday. En effet, le journaliste avait posté sur Telegram des images de lui avec d'autres mercenaires lors d'une visite dans le Donbass. Sur l'un des clichés, on pouvait apercevoir le nom de la rue où se trouvaient les paramilitaires dans la ville de Popasna. Rapidement, les photos avaient été supprimées. Mais des copies circulaient encore sur les réseaux sociaux. Pour se rattraper, Sergei Sreda avait affirmé avoir dévoilé l'adresse du siège social Wagner en accord avec le groupe.

Plusieurs médias indépendants, comme Radio Liberty et le site d'information russe Meduza, ont confirmé que la défense ukrainienne avait bien frappé au même endroit que sur la photo. Difficile en revanche de préciser le nombre de morts qu'a fait cette attaque. Le gouverneur Hayday évoque une centaine de décès. Radio Liberty estime qu'un oligarque russe, Evgeny Prigozhin, aurait été touché dans cette attaque. Considéré comme le "chef cuisinier" du Kremlin, il était très proche de Poutine. Ce qui a été démenti par l'agence de presse étatique RIA Novosti.

L'organisation Wagner est un pion important pour la Russie et a notamment joué un rôle précieux pour obtenir les villes de Popasna et de Lysychansk, dans l'est de l'Ukraine. Ils ont également été envoyés en Syrie, au Mali et en République centrafricaine. Ils sont accusés de crimes de guerre et de violations des droits de l'homme.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be