"Je suis tout simplement terrifié par ce qui va se passer ensuite": les confidences d'un soldat russe qui a dressé un journal de guerre

Pavel Filatyev, qui a tenu un journal de guerre long de 141 pages, s'est confié dans une interview au Guardian. Il y dénonce des atrocités.

"Je suis tout simplement terrifié par ce qui va se passer ensuite": les confidences d'un soldat russe qui a dressé un journal de guerre
©AP

Pavel Filatyev. Ce nom ne vous dit certainement rien mais il commence à faire parler de lui. Ce soldat russe a en effet été engagé dans la guerre en Ukraine. L'homme de 34 ans a été envoyé avec son unité pour prendre possession du port de Kherson. Tout au long de son parcours, il a tenu un journal de guerre, qu'il a publié voici quelques jours sur le réseau social russe Vkontakte. Il y dénonce les atrocités du conflit.

"Lorsque nous étions en plein combat dans les tranchées autour de Mykolaïv, des choses horribles se sont produites", glisse-t-il notamment dans ce document long de 141 pages. "J'ai vu des camarades mutiler des prisonniers de guerre. Et puis ils se sont à nouveau débarrassés de leur frustration sur des cadavres. C'était une folie horrible qui s'est retournée contre nous. Les soldats cherchaient une issue, parfois extrême. J'ai vu des camarades se tirer une balle dans le pied ou mutiler une autre partie de leur corps pour être ainsi retirés du champ de bataille. Certains se sont suicidés dans l'espoir que leurs proches touchent l'indemnité de trois millions de roubles (soit 50.000 euros)".

"Ils font de nous de vrais sauvages"

Dans une interview accordée à un journaliste du Guardian, Pavel Filatyev revient sur certains détails de la guerre, comme ces ordinateurs volés par des soldats russes. L'homme explique: "Même sur le marché russe de l'occasion, ils gagnent encore quelques mois de salaire en revendant ces ordinateurs. Je n'ai pas volé d'ordinateurs moi-même, mais j'ai volé un chapeau que j'ai trouvé dans un camion accidenté. Parce que ma propre cagoule était trop froide." Pour Pavel Filatyev, si les soldats russes sont envoyés à la guerre avec du matériel de qualité inférieure, c'est stratégique: c'est pour augmenter leur désir de vengeance. "De cette façon, ils font de nous de vrais sauvages", explique-t-il.

Si Pavel Filatyev se confie publiquement aujourd'hui, c'est parce qu'il n'est plus engagé dans cette guerre qu'il dénonce. Il a été blessé puis évacué en raison d'une infection à l'oeil. Sous les conseils de sa mère, alors que lui voulait rester, il a fui la Russie en échappant aux services de sécurité. Car avec les révélations qu'il fait, le désormais ex-soldat russe sait qu'il encourt la prison dans son pays.

Concernant les blessés de guerre, comme lui, Filatyev raconte: "Je suis allé en voir à l'hôpital. Entre autres, les survivants de l'attaque à la roquette sur le croiseur Moskva. Ils ont dit qu'ils n'avaient toujours pas reçu d'indemnisation. De plus, de nombreuses familles n'ont pas encore été informées que leur fils a été tué sur le champ de bataille."

Le plupart des soldats russes seraient mécontents

Au Guardian, l'ex-soldat assure ne plus pouvoir se taire. S'il est un des premiers à se livrer ainsi, il déclare que beaucoup de soldats sont de son avis. "La plupart des soldats sont mécontents de ce qui se passe en Ukraine", indique-t-il. "Ils sont mécontents de Poutine et de sa politique, ils ne sont pas satisfaits du ministre de la Défense, qui n'a jamais servi dans l'armée."

A noter que depuis que son journal de guerre a été publié, tous les membres de son ex-unité ont coupé les ponts avec lui. Mais il reste persuadé qu'environ 20% de ses compagnons d'armes le soutiennent. Et beaucoup d'autres au front lui ont dit qu'ils avaient un grand respect pour le patriotisme des Ukrainiens, qui se battent pour ce qu'ils valent et pour défendre leur propre territoire.

Quant à la suite, Pavel Filatyev reste sceptique car les protestations populaires tardent à arriver ou sont neutralisées. "Je suis juste terrifié par ce qui se passera ensuite", conclut-il, craignant que la Russie continue à se battre malgré un bilan déjà terrible.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be