L’Europe ne parvient pas à bloquer les prix du gaz

La formule désirée par une quinzaine d’États membres n’a pas encore été adoptée.

L’Europe ne parvient pas à bloquer les prix du gaz
©SHUTTERSTOCK

Les ministres européens de l'énergie ont trouvé un accord sur un ensemble de mesures d'urgence pour atténuer les prix élevés de l'électricité dans l'Union européenne. Le Conseil a accepté de plafonner les revenus du marché à 180 euros/MWh pour les producteurs d'électricité, y compris les intermédiaires, qui utilisent des technologies dites inframarginales pour produire de l'électricité, telles que les énergies renouvelables, le nucléaire et le lignite. "Ces opérateurs ont réalisé des gains financiers importants et inattendus au cours des derniers mois, sans que leurs coûts opérationnels n'augmentent. Cela s'explique par le rôle du charbon et du gaz en tant que sources marginales de fixation des prix qui gonflent actuellement le prix final de l'électricité", déclare le Conseil de l'UE. Les ministres ne sont en revanche pas parvenus à s'entendre sur un mécanisme de blocage des prix du gaz, comme le souhaitaient une quinzaine d'États membres. C'est pourtant "le meilleur moyen de limiter les factures énergétiques des ménages et des entreprises", selon la ministre belge Tinne Van der Straeten (Groen), à l'origine de cette demande.

La Vivaldi répète à l'envi que la solution pour faire baisser les factures d'énergie des citoyens ne peut venir que de l'Europe. Seule une décision groupée venant de la majorité des 27 États membres de l'Union européenne pourrait faire plier le cours de la Bourse. "Les 450 millions de citoyens européens doivent oser dire que nous n'allons pas plus loin sur les marchés internationaux", a décoché jeudi le Premier ministre Alexander De Croo. Mais certains pays comme l'Allemagne et les Pays-Bas, qui s'accommodent visiblement bien de l'état actuel du marché du gaz, ne semblent pas du même avis.

Le Conseil de l’Union européenne a également décidé d’aller vers une réduction de la consommation. Il a convenu d’un objectif volontaire de réduction globale de 10 % de la consommation brute d’électricité et d’un objectif obligatoire de réduction de 5 % de la consommation d’électricité aux heures de pointe. Ce sera aux États membres d’identifier ces 10 % de leurs heures de pointe entre le 1er décembre 2022 et le 31 mars 2023 pendant lesquelles ils réduiront la demande. Les États membres seront libres de choisir les mesures appropriées pour le faire.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be