"Je me suis retournée, il avait baissé son pantalon": deux nouvelles plaintes contre PPDA, dont celle d'une femme belge

L'étau se resserre un peu plus contre l'ancien présentateur vedette.

"Je me suis retournée, il avait baissé son pantalon": deux nouvelles plaintes contre PPDA, dont celle d'une femme belge
©AFP

Depuis février 2021, Patrick Poivre d'Arvor est dans la tourmente. Tout était parti d'une plainte pour viols faite par l'écrivaine Florence Porcel. Depuis, PPDA, qui nie les faits et est toujours présumé innocent, a été l'objet de trois enquêtes. Deux sont en cours à Nanterre (Hauts-de-Seine): une enquête préliminaire dans laquelle il a été entendu en audition libre en juillet dernier et où au moins sept femmes ont témoigné ; et une information judiciaire portant sur les accusations de viols de Florence Porcel. A noter qu'une première enquête, dans laquelle la journaliste Hélène Devynck et 22 autres femmes ont témoigné, a été classée sans suite en juin 2021, majoritairement pour prescription.

Aujourd'hui, deux nouvelles plaintes ont été faites contre l'ex-présentateur vedette devant le parquet de Nanterre. Selon Le Parisien, qui rapporte l'information, les deux plaignantes sont Maïté, une Belge de 49 ans, et Alejandra, une Franco-Argentine de 56 ans. La Belge accuse PPDA de viol dans les bureaux de TF1 en 2005. Si Maïté a porté plainte le 25 septembre dernier, c'est parce que d'autres ont osé le faire avant elle: "J'ai compris que je ne risquais plus rien à parler et qu'il fallait le faire pour soutenir Florence (NDLR: l'écrivaine Florence Porcel, première plaignante)", confie-t-elle.

La Belge raconte comment se sont déroulés les faits. En 1998, alors qu'elle souffrait de troubles alimentaires, Maïté prend contact avec le présentateur dans l'espoir de trouver "de bons médecins spécialisés", la fille de PPDA souffrant elle aussi de cette maladie. Le journaliste finira par lui répondre et ils échangeront plusieurs messages. Finalement, en 2005, PPDA l'invitrera à assister aux coulisses du JT de TF1. Maïté s'y rendra en compagnie de son mari. Mais après le journal, elle est conviée seule dans la loge du présentateur. C'est à ce moment que tout a dérapé: "À un moment, il s'est levé de son bureau et il est passé derrière moi. Il a dit: notre relation est quand même très forte, elle est aussi sexuelle. Et quand je me suis retournée, il avait baissé son pantalon. J'ai compris qu'il voulait que je le dédommage de l'aide qu'il m'avait apportée. Comme si je devais être gentille avec lui, après que lui ait été gentil avec moi. J'étais bloquée. Je l'ai fait. Tout s'est déroulé très vite."

Maïté, qui gardera tout cela sous silence, ajoute: "Je n'avais pas accepté cette fellation, j'avais été mise devant le fait accompli. Il avait abusé de ma fragilité alors qu'il connaissait parfaitement ma maladie, puisque c'était celle de sa fille. Il m'a d'abord aidé puis il en a profité."

Comme le relaie Le Parisien, l'autre plaignante, Alejandra, aurait vécu des faits identiques à la Belge. La rencontre s'est faite dans un bar et PPDA lui proposera alors de venir voir les coulisses de son JT. Là aussi, la situation dégénèrera: "Il s'approche et me prend pour me jeter sur la moquette et me viole. Je suis en état de choc, paralysée. Je dissocie mon corps de ma tête, en fixant quelques objets. Quand il a fini, il me fait comprendre qu'il faut partir", explique la Franco-Argentine de 56 ans. "Je me sentais sale et conne", ajoute-t-elle.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be