Une interview polémique du pape François provoque la colère de la Russie : “Ce n’est plus de la russophobie, c’est une perversion”

Le pape a déclaré, à l’occasion d’une interview pour un magazine américain, que les soldats d’origine non russe, se comportaient plus cruellement que les autres lors du conflit en Ukraine.

Pope Francis delivers his blessing as he meets with members of the Italian Schools for Peace Network in the Pope Paul VI hall at the Vatican, Monday, Nov. 28, 2022. (AP Photo/Andrew Medichini)
Le Pape François (AP Photo/Andrew Medichini) ©Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Dans une interview accordée au magazine jésuite America, le pape François a déclaré à propos de la guerre en Ukraine, que les soldats Tchétchènes et Bouriates se comportaient de manière plus brutale. “En général, les plus cruels sont peut-être ceux qui vivent en Russie mais qui ne sont pas de tradition russe, comme les Tchétchènes et les Bouriates”, a jugé le pape. Il faisait ainsi référence aux actes de tortures survenus dans l’est de l’Ukraine durant le conflit.

François Ier était interrogé par le média américain sur sa réticence à condamner directement la Russie. Il a justifié ses propos en disant avoir reçu beaucoup d’informations de la part du président ukrainien Volodomir Zelensky sur la brutalité des troupes, mais a ajouté que “celui qui envahit est l’État russe”.

"On a retrouvé son corps sans sa tête": Rita, dont le mari a été torturé et tué par les soldats russes, témoigne

Une déclaration qui ne passe pas en Russie

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a estimé que les commentaires du pape étaient un exemple de russophobie. “Ce n’est plus de la russophobie, c’est une perversion à un niveau que je ne peux même pas nommer”, s’est-elle emportée sur sa chaîne Telegram. “Nous sommes une seule famille avec les Bouriates, les Tchétchènes et d’autres représentants de notre pays multinational et multi-religieux.”

La Russie compte de nombreuses républiques avec des groupes ethniques et religieux distincts. Les Tchétchènes sont un groupe ethnique originaire de Tchétchénie dans le Caucase nord (sud-ouest de la Russie) et sont majoritairement musulmans. Leur dirigeant, le dictateur Ramzan Kadyrov, a largement soutenu la guerre en Ukraine et aurait même envoyé ses propres fils combattre. Les Bouriates sont un groupe ethnique mongol originaire de Bouriatie, en Sibérie orientale, et sont bouddhistes et chamaniques de tradition.

De son côté, Alexandra Garmazhapova, la fondatrice de l’organisation anti-guerre Free Buryatia, créée en 2022 en réponse à l’invasion russe en Ukraine, a qualifié les propos du Pape “inexcusables et racistes”, rapporte The Guardian. “J’ai été extrêmement déçue de lire ces déclarations racistes et inexcusables”

La Russie mène une guerre commencée et dirigée par Vladimir Poutine, qui n’est de toute évidence pas membre d’une minorité ethnique. Le pape devrait le condamner personnellement, mais il a décidé d’épargner le président russe. N’oublions pas que l’église orthodoxe russe est l’un des plus grands partisans de la guerre”, a ajouté la défenseuse de la communauté Bouriate, Alexandra Garmazhapova, faisant référence au soutien public de la guerre par le chef de l’Église orthodoxe russe.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be