France: la gauche critique Reconquête!, le parti de Zemmour, à l'origine d'une série de "menaces" sur les réseaux sociaux contre une enseignante

Le PS et les écologistes ont critiqué jeudi le parti Reconquête! d'Éric Zemmour, à l'origine d'une série de "menaces" sur les réseaux sociaux contre une enseignante de Valenciennes dont une sortie pédagogique auprès de migrants de Calais a dû être annulée.

(FILES) In this file photo taken on April 24, 2022 French far-right party Reconquete! presidential candidate Eric Zemmour delivers a speech after France's presidential election were announced in Paris. - French justice will give its verdict on November 21, 2022 after Eric Zemmour has filed a lawsuit against the French magazines Paris Match, Closer and Voici. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
Eric Zemmour ©AFP or licensors

L'enseignante devait emmener vendredi sa classe préparatoire Hypokhâgne du lycée Watteau de Valenciennes à la rencontre d'une association de soutien aux exilés, dans le cadre d'un projet pédagogique interdisciplinaire, intitulé +exil et frontières+".

Mais la sortie, dont les détails ont été livrés lundi sur les réseaux sociaux par le "réseau parents vigilants", proche du parti d'extrême droite Reconquête!, a été annulée "par sécurité" par le rectorat de Lille.

"Cette histoire est édifiante. Le parti de (Eric) Zemmour utilise les mêmes méthodes et intimidations que les islamistes radicaux pour faire pression sur les enseignants", a dénoncé le premier secrétaire du PS Olivier Faure sur Twitter, y voyant une "légitimation de la violence" qui s'est "soldée par un assassinat" dans le cas de Samuel Paty il y a deux ans.

Le professeur d'histoire-géographie de 47 ans a été poignardé puis décapité le 16 octobre 2020, près de son collège à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), par un jeune homme radicalisé qui lui reprochait d'avoir montré des caricatures de Mahomet en classe.

Le député écologiste Benjamin Lucas a demandé dans un communiqué "la dissolution du mouvement" de M. Zemmour, dénonçant les "mêmes procédés terrorisants que les islamistes, en faisant déferler en raid menaces et injures". Il a appelé le gouvernement à "protéger les personnels éducatifs, les élèves et la communauté scolaire".

A l'inverse, le député RN Sébastien Chenu a estimé sur le plateau de Public Sénat que "cette enseignante (avait) agi en militante et pas en éducatrice". "Une enseignante doit transmettre un savoir, or aller trimballer des gamins dans un centre de migrants, c'est avoir une prise de position politique", a-t-il jugé.

"Reconquête a fait son devoir: alerter l'opinion publique", a réagi le parti d'Eric Zemmour dans un communiqué. "Une militante pro-migrants se sert de son statut d'enseignante pour endoctriner des élèves. C'est absolument insupportable au regard du principe de neutralité qui doit régir l'instruction de nos enfants".

Le parti "se réserve le droit de saisir la justice contre le rectorat et l'établissement pour atteinte à l'obligation de neutralité de notre enseignement" et promet d'attaquer "toute personne accusant le mouvement de +menacer+ un enseignant".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...