Nombre de morts, versions contradictoires: ce que l'on sait de la frappe meurtrière de Makiïvka en Ukraine

Au moins 63 soldats russes sont morts dans une frappe sur Makiïvka, dans l'Est de l'Ukraine.

Mourners gather to lay flowers in memory of more than 60 Russian soldiers that Russia says were killed in a Ukrainian strike on Russian-controlled territory, in Samara, on January 3, 2023. - Russia on January 2 said more than 60 soldiers were killed in a Ukrainian strike on Russian-controlled territory in a New Year assault, the biggest loss of life reported by Moscow so far. Kyiv took responsibility for the strike, which it said took place in the occupied city of Makiivka in eastern Ukraine on New Year's Eve. The killed soldiers were mobilized mainly from the Samara region. The strike, in the occupied city of Makiivka, is the biggest loss of life reported by Moscow so far. (Photo by Arden Arkman / AFP)
Des Russes rendent hommage aux soldats tués à Makiïvka, le mardi 3 janvier. (Photo by Arden Arkman / AFP) ©AFP or licensors

La Russie a reconnu ses plus lourdes pertes militaires en une seule attaque en Ukraine avec la mort d'au moins 63 soldats dans une frappe sur Makiïvka, dans l'Est. Voici ce que l'on sait de ce bombardement, revendiqué par l'armée ukrainienne:

Que s'est-il passé à Makiïvka?

Lundi en début d'après-midi, le ministère russe de la Défense a, fait extrêmement rare, annoncé que 63 de ses soldats avaient été tués dans une frappe réalisée à l'aide d'un système lance-missile HIMARS, une arme fournie par les Etats-Unis à l'Ukraine dans son combat contre Moscou et qui permet des bombardements en profondeur, loin derrière les lignes ennemies.

Ce bombardement s'est produit sur Makiïvka, une ville située en territoire occupé de longue date par Moscou, à l'est de celle de Donetsk, l'un des bastions aux mains des séparatistes prorusses depuis leur conflit avec Kiev débuté en 2014.

"Dangereux et criminel", "Qui va croire ça?": la Russie sous une pluie de critiques internes après la mort de 63 soldats russes

Selon le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, qui n'a pas donné de date pour cette frappe, quatre missiles ont visé "un centre de déploiement provisoire" de l'armée. Deux autres roquettes ont été abattues, selon lui.

Cette annonce est exceptionnelle: il s'agit non seulement du plus lourd bilan en une seule attaque admis par Moscou depuis le début de son invasion en février, mais elle représente aussi la première communication sur des pertes militaires depuis septembre, lorsque le ministre de la Défense Sergueï Choïgou avait évoqué 5.937 morts dans les rangs de l'armée russe.

Que disent les Ukrainiens ?

L'Ukraine, qui a reconnu avoir mené cette frappe en donnant la date du 31 décembre, avant le Nouvel an, a de son côté avancé des informations contradictoires sur les pertes de l'armée russe à Makiïvka.

”Les pertes s’élèvent à 500 morts et blessés” : l’Ukraine annonce avoir lourdement frappé les troupes russes

Le département des communications stratégiques de l'armée ukrainienne a évoqué sur Telegram, dans un langage particulièrement fleuri, un bilan de 400 morts et de 300 blessés.

Plus sobre, l'état-major a indiqué ne pas avoir d'informations définitives sur le nombre de victimes russes, chiffrant par ailleurs à "jusqu'à 10" le nombre de véhicules militaires "de tous types" détruits dans ce bombardement.

"Les pertes en terme de personnel pour les occupants est en train d'être précisé", a-t-il ajouté dans un message sur Facebook lundi.

Pourquoi autant de morts?

L'armée russe n'a pas expliqué la raison de ce bilan particulièrement lourd. Les forces ukrainiennes ont simplement évoqué une "zone de concentration" de soldats à Makiïvka.

Dimanche, des médias russes et ukrainiens avaient commencé à faire état de cette frappe en affirmant que le bâtiment touché accueillait des mobilisés russes, donc des soldats non professionnels.

Une source au sein des autorités séparatistes locales a indiqué à l'agence de presse publique russe TASS que ce bombardement a été rendu possible du fait d'une "utilisation importante par les militaires qui venaient d'arriver de leurs téléphones portables", ce qui aurait permis leur géolocalisation par l'armée ukrainienne.

Selon l'ancien commandant séparatiste Igor Strelkov, très au fait de la situation sur le terrain, le bâtiment qui abritait les mobilisés russes a été entièrement détruit par la frappe car des munitions y étaient stockées.

"La quasi-totalité du matériel militaire, qui se trouvait à proximité du bâtiment sans le moindre signe de camouflage, a également été détruite", a-t-il écrit sur Telegram, estimant le nombre de victimes à "plusieurs centaines".

Selon la chaîne Telegram "Rybar", l'une des principales sources prorusses sur la guerre en Ukraine, le bâtiment abritait 600 personnes.

Quelles réactions en Russie?

L'annonce de ces pertes a provoqué un choc en Russie, mais aussi des critiques envers le commandement militaire russe, déjà embarrassé par une série d'humiliantes défaites sur le front ukrainien ces derniers mois.

"Malgré plusieurs mois de guerre, certaines conclusions n'ont toujours pas été tirées", constate ainsi le blogueur Boris Rojine, proche des milieux séparatistes pro-russes ukrainiens, fustigeant "l'incompétence" des hauts gradés de l'armée russe.

"Pourquoi continuons-nous à installer (les mobilisés) dans des hôtels, des auberges et des écoles professionnelles...", s'interroge de son côté le correspondant de guerre russe Alexandre Kots.

Igor Strelkov avertit lui qu'une telle frappe meurtrière peut se reproduire "à tout moment", regrettant que les généraux russes soient "incapables d'apprendre en principe".

Selon l'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW), le ministère russe de la Défense va probablement tenter de "rejeter la responsabilité de sa mauvaise sécurité opérationnelle sur les responsables (séparatistes) et le personnel mobilisé".

Des commémorations ont eu lieu mardi notamment à Samara et des villes avoisinantes, d'où sont originaires une partie des victimes.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be