Les ex-adolescents du “Roméo et Juliette” de 1968 portent plainte pour une scène de nus : “Malhonnête d’avoir filmé des mineurs sans leur consentement”

Olivia Hussey et Leonard Whiting attaquent en justice le studio Paramount pour avoir été contraints de tourner nus alors qu’ils étaient mineurs.

(FILES) In this file photo taken on April 26, 2018 Leonard Whiting and Olivia Hussey attend the 50th Anniversary World Premiere Restoration of 'The Producers' presented as the Opening Night Gala of the 2018 TCM Classic Film Festival at the TCL Chinese theatre in Hollywood, California. - The actors who played star-crossed lovers Romeo and Juliet in Franco Zeffirelli's 1968 film are suing Paramount Pictures for child abuse over their brief nude scene, their lawyer said Tuesday.
Olivia Hussey was 15 and Leonard Whiting 16 when they starred in the Oscar-winning version of William Shakespeare's tragedy. (Photo by CHRIS DELMAS / AFP)
©AFP or licensors

L’année 2023 vient à peine de commencer et, déjà, un grand studio hollywoodien, Paramount, se trouve éclaboussé par une plainte en justice retentissante. Une attaque à laquelle le Major ne devait pas s’attendre, puisque les faits se sont déroulés voici 55 ans.

En 1968, le réalisateur Franco Zeffirelli, qui avait dirigé l’année précédente Elizabeth Taylor et Richard Burton dans La mégère apprivoisée, présente une nouvelle adaptation de Shakespeare, Roméo et Juliette. Dont les rôles principaux sont tenus par deux jeunes comédiens totalement inconnus, Olivia Hussey (née à Buenos Aires le 17 avril 1951) et Leonard Whiting (né à Londres le 30 juin 1950), qui n’avaient que 15 et 16 ans au moment des prises de vues.

L’accueil est triomphal, l’œuvre décroche deux Oscars (costumes et photographie) ainsi que deux nominations dans les catégories les plus prestigieuses : meilleur film et meilleur réalisateur. Malgré cela, les deux interprètes, eux, ne feront jamais une grande carrière. Et aujourd’hui, ils estiment avoir été dupés par le studio, qu’ils attaquent donc devant la Superior Court de Santa Monica pour les avoir abusés sexuellement. En cause, des scènes de nudité, durant lesquelles on voit leurs fesses ou leurs seins, alors qu’ils étaient mineurs, alors que le cinéaste leur aurait initialement promis qu’ils ne devraient pas se déshabiller. Mais une fois sur le plateau, il leur aurait demandé de jouer nus “sinon le film serait un échec” et ne les aurait pas cadrés comme annoncé.

”Ce qu’on leur a dit et ce qui s’est passé sont deux choses différentes”, a déclaré Tony Marinozzi, leur manager. “Ils faisaient confiance à Franco. A 16 ans, en tant qu’acteurs, ils ont suivi ses directives et se sont assurés qu’il ne violerait pas cette confiance. Franco était leur ami, et franchement, à 16 ans, que faire ? Il n’y avait pas d’autres options. Il n’y avait pas de #MeToo.”

Olivia Hussey et Leonard Whiting lors du tournage de Roméo et Juliette, sorti en 1968: ils avaient 15 et 16 ans.
Olivia Hussey et Leonard Whiting lors du tournage de Roméo et Juliette, sorti en 1968: ils avaient 15 et 16 ans. ©Paramount

Selon les documents déposés au tribunal, ils ont tout deux souffert “d’angoisse et de détresse émotionnelle” et “ont également perdu des opportunités professionnelles” à cause de ces séquences. “Les images de mineurs nus sont illégales et ne devraient pas être exposées”, a ajouté leur avocat, Solomon Gresen. “Il s’agissait de très jeunes enfants naïfs dans les années 60 qui n’avaient aucune idée de ce qui allait les frapper. Tout d’un coup, ils étaient célèbres à un niveau auquel ils ne s’attendaient pas, et en plus ils ont été violés d’une manière qu’ils ne savaient pas comment gérer.”

En conséquence, Olivia Hussey et Leonard Whiting demandent des dommages et intérêts de plus de 500 millions de dollars.

Même si un délai aussi long est rarissime, et s’explique par le fait qu’en Californie, une loi abroge temporairement la prescription concernant l’abus sexuel d’enfants, il devient de plus en plus courant aux USA d’attaquer en justice le monde du divertissement des années plus tard. Un des exemples les plus célèbres concerne Spencer Elden. En 2021, la justice l’a débouté alors qu’il accusait Nirvana de “pédopornographie” pour l’avoir présenté nu, en pochette de l’album Nevermind, alors qu’il n’avait que 4 mois, en 1991.

D'autres cas similaires

Beaucoup plus récemment, peu avant la sortie de Top Gun : Maverick, les héritiers de Ehud Yonay, l’auteur qui avait inspiré Top Gun, ont porté plainte contre Paramount (décidément…) pour violation du droit d’auteur, qu’ils ont récupéré 35 ans après la sortie du film. L’affaire n’est pas encore été jugée.

En 2015, tous les grands studios hollywoodiens avaient été traînés en justice pour discrimination envers les sourds et malentendants en n’ayant pas sous-titré les chansons de plusieurs films, dont Le Parrain, sorti 43 ans plus tôt, en 1972. Le tribunal ne l’a pas entendu de cette oreille, estimant qu’aucune législation n’avait été enfreinte.

Enfin, en 2021, c’est le studio Miramax qui a porté plainte contre Quentin Tarantino, concernant un film diffusé 27 ans plus tôt, Pulp Fiction. Selon la société, il y avait rupture de contrat. Elle estime en effet détenir tous les droits sur l’œuvre, y compris sur les scènes non utilisées, et que le cinéaste les bafoue avec son intention de vendre, sous forme de NFT, des scènes inédites de son scénario agrémentées de commentaires exclusifs révélant un “secret” de tournage. “Le comportement de Tarantino a contraint Miramax à déposer cette plainte contre un collaborateur estimé afin de faire respecter et de protéger ses droits intellectuels et contractuels sur l’un des films de Miramax les plus emblématiques et précieux”, est-il précisé dans la plainte. Le réalisateur a pour sa part fait savoir qu’il disposait de “droits réservés” l’autorisant à publier le scénario du film sous forme écrite. Le jugement n’a pas encore été rendu.

Toujours est-il que si Olivia Hussey et Leonard Whiting obtiennent gain de cause, qui sait si d’autres stars, sexualisées très jeunes, comme Brooke Shields (15 ans lors de la sortie du Lagon bleu, dans lequel elle apparaît fort peu vêtue) ou Dominique Swain (17 ans lors de la projection du sulfureux Lolita de Stanley Kubrick), ne pourraient pas suivre leur exemple.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be