La Biélorussie va-t-elle mobiliser sa population pour la guerre en Ukraine ? “C’est un scénario qu’on ne peut exclure”

Un message appelant les hommes biélorusses de 18 à 60 ans à venir se présenter à un centre d’enrôlement a suscité l’inquiétude dans le pays.

Russian President Vladimir Putin, right, and Belarusian President Alexander Lukashenko talk during their meeting on the sidelines of an informal meeting of the heads of ex-Soviet nations which are members of the Commonwealth of Independent States at the State Russian Museum, in St. Petersburg, Russia, Tuesday, Dec. 27, 2022. (Alexey Danichev, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)
©Copyright 2022 Sputnik

Une vidéo partagée sur Twitter ce mercredi 4 janvier par la journaliste biélorusse Hanna Liubakova montre un surprenant message circuler sur le panneau électronique d’une station de bus : “Tous les citoyens masculins âgés de 18 à 60 ans doivent se présenter à un bureau d’enrôlement ou au comité exécutif du village pour clarifier leurs données”, est-il écrit.

Comme une trainée de poudre, les images font rapidement parler d’elles : est-ce le signe que le gouvernement biélorusse prévoit de mobiliser sa population pour entrer en guerre avec l’Ukraine ? Le président Alexander Lukashenko a en effet affiché ostensiblement à plusieurs reprises son soutien envers Vladimir Poutine. Des tensions ont par ailleurs éclaté la semaine dernière après que la Biélorussie a abattu un missile ukrainien sur son territoire.

A lire aussi: Un missile antiaérien ukrainien s'est écrasé en Biélorussie

Bien que les autorités du pays excluent tout projet de mobilisation, Hanna Liubakova rapporte auprès de Newsweek que le processus de vérification de l’éligibilité militaire a commencé en octobre 2022. Les hommes biélorusses ont été convoqués aux bureaux d’enregistrement et d’enrôlement militaires par courrier ou par téléphone : “L’annonce faite dans la station de bus est nouvelle mais elle ressemble à un autre moyen d’attirer les gens vers les bureaux d’enrôlement”, pointe-t-elle. “Ça peut être interprété comme une potentielle préparation pour une mobilisation future”, ajoute encore la journaliste. “Cependant, il n’y a aujourd’hui aucun signe qu’elle ait réellement commencé en Biélorussie mais c’est un scénario que nous ne pouvons pas exclure”, a conclu Hanna Liubakova.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be