Quand Margaret Thatcher jugeait Poutine : "J'ai regardé ses photos à la recherche d'une trace d'humanité"

Un discours de l'ancienne Première ministre britannique, prononcé en septembre 2000, refait surface sur les réseaux sociaux. Alors que Poutine venait d'être élu président de la Russie, Margaret Thatcher semblait déjà avoir vu clair quant au type de dirigeant qu'il était.

Russian President Vladimir Putin listens to Russian Education Minister Sergei Kravtsov during their meeting in Moscow, Russia, Monday, Jan. 9, 2023. (Mikhail Klimentyev, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)
Le président russe Vladimir Poutine avait été critiqué par Margaret Thatcher à l'époque de la catastrophe du sous-marin Koursk ©Sputnik

Alors que la guerre en Ukraine fait rage depuis presque un an, un discours prononcé par Margaret Thatcher le 20 septembre 2000 au sujet du naufrage du sous-marin Koursk refait surface.

"La Dame de fer" n'est plus Première ministre depuis 1990, mais elle s'exprime de temps à autre sur la politique internationale lors de conférence. En août 2000, 118 membres de l’équipage du sous-marin de la marine russe avaient perdu la vie dans une explosion dans la mer de Barents lors d'un exercice. Le président Poutine, alors fraîchement élu pour la première fois, ne s'était pas déplacé, préférant rester en vacances. Il avait été photographié dans une villa sur la mer Noire, et son apparente indifférence face au drame avait choqué la Russie. Les médias avaient largement critiqué la gestion du naufrage par le gouvernement.

"Maintenant nous avons ce nouveau Monsieur Poutine. J’ai regardé ses photos, essayant de trouver un signe d’humanité. J’aurais dû me méfier davantage car vous savez tous ce qu'il s’est passé quelques semaines plus tard : cette terrible tragédie du sous-marin (Koursk) qui a disparu dans les profondeurs (...)", entame Margaret Thatcher avant de décrier la gestion du drame par le gouvernement.

"Si une catastrophe d’une telle ampleur avait eu lieu en Occident, la réaction, militaire et politique, aurait été immédiate. Et si nous n’avions pu nous débrouiller seuls, nous aurions sollicité l’aide d’un autre pays. Au-delà du sous-marin en question, des vies étaient en jeu. Et pourtant, le nouveau dirigeant soviétique n'a pas réagi rapidement, il n’a contacté personne (...) Une réaction particulièrement révélatrice : ils n'évaluent toujours pas la vie humaine de la même façon que nous. Résultat, l’aide est arrivée bien trop tard. Je suis soulagée que M. Poutine ait été à ce point critiqué, cela montre que les Russes sont conscients de ces manquements et qu’il est important à leurs yeux que leurs dirigeants en fassent davantage”, déclare-t-elle.

Guerre en Ukraine: ce qui se cache derrière l’annonce surprenante de Vladimir Poutine

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...