”Terroristes du climat” est le “non-mot de l’année” 2022 en Allemagne

Le “Unwort des Jahres” (non-mot de l’année) existe en Allemagne depuis 1991.

An environmental activist from the "Last Generation" (Ultima Generazione) group smears with paint the facade of the La Scala theatre during a group's action in Milan on December 7, 2022, aiming at raise awareness about climate change on the day of La Scala's new season's opening. (Photo by Piero CRUCIATTI / AFP)
Un militant écologiste du groupe "Last Generation" (Ultima Generazione) barbouille de peinture la façade du théâtre de la Scala lors d'une action collective à Milan le 7 décembre 2022, visant à sensibiliser au changement climatique le jour de l'ouverture de la nouvelle saison de la Scala. ©AFP or licensors

”Terroristes du climat” est le “non-mot de l’année” 2022 en Allemagne. Le jury, composé de quatre linguistes et d’un journaliste, a fait cette annonce mardi à Marbourg, dans le Land de Hesse. Le jury a motivé son choix en expliquant que l’utilisation de ce terme dans l’espace public avait “discrédité” les militants et leurs protestations en faveur d’une plus grande protection du climat. Le jury a également déclaré que le terme renvoie les militants à “des terroristes”. Ils sont donc “criminalisés et diffamés”.

Le “Unwort des Jahres” (non-mot de l’année) existe en Allemagne depuis 1991. Il a pour vocation d’attirer l’attention sur des mots jugés problématiques ou inappropriés afin de sensibiliser les gens à la nécessité d’utiliser les mots de façon réfléchie.

Le choix de ce “non-mot” pour 2022 s’explique par les nombreuses critiques qui ont été adressées aux groupes militants ayant intensifié leurs actions pour sensibiliser les gens au réchauffement climatique. Le mouvement Last Generation qui avait lancé de la purée de pommes de terre sur une toile du peintre impressionniste français Claude Monet, exposée dans un musée de Potsdam, avait suscité de nombreuses réactions violentes.

Le 7 décembre 2022, les militants du mouvement ont réitéré leur campagne de sensibilisation en aspergeant de peinture l’entrée de La Scala, le prestigieux opéra de Milan. “Nous avons décidé d’asperger La Scala avec de la peinture pour demander aux hommes et femmes politiques qui assisteront à la représentation de ce soir d’arrêter de faire la politique de l’autruche et d’intervenir pour sauver la population”, avait expliqué Last Generation dans un communiqué.

Le chancelier Olaf Scholz avait également critiqué les militants qui avaient bloqué les pistes d’aéroport en se collant au sol. Lors d’une conférence régionale du parti dans le Brandebourg en novembre dernier, Scholz avait qualifié les actions de “très dangereuses”.

”J’agis pour l’avenir de ma fille” : les militants de Letzte Generation devant les tribunaux

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be