Stupeur à l'université: un professeur découvre que la moitié des travaux de ses étudiants ont été faits avec ChatGPT

En corrigeant les copies, l’enseignant a repéré des “similitudes troublantes”.

J.F.

Stéphane Bonvallet, un enseignant en handicapologie à l’Université de Lyon, a été surpris en lisant les copies de ses 14 étudiants de Master. Dans 7 d’entre elles, le professeur a en effet remarqué des “similitudes troublantes”, explique le journal Le Progrès.

”Il ne s’agissait pas de copier-coller”, a expliqué l’enseignant. “Mais les copies étaient construites exactement de la même manière. On y retrouvait les mêmes constructions grammaticales. Le raisonnement était mené dans le même ordre, avec les mêmes qualités et les mêmes défauts.”

Le travail en question consistait à rédiger un texte “définissant les grands traits de l’approche médicale du handicap en Europe”. Les étudiants avaient une semaine pour le faire. Mais certains d’entre eux ont, semble-t-il, choisi la facilité en demandant à ChatGPT, un robot conversationnel perfectionné utilisant l’intelligence artificielle, de le faire à leur place. Ce logiciel se base sur des textes existants afin d’en écrire un nouveau totalement original.

Le monde de l’école inquiet face à l’émergence de l’intelligence artificielle comme ChatGPT: “La triche ? Le problème ne va faire que s’accroître”

Si le résultat était suffisamment bien construit pour pousser les étudiants à rendre la copie à leur professeur, celui-ci a bien vite détecté que quelque chose n’allait pas. “Toutes ces copies contenaient un exemple personnel relatif à une grand-mère ou un grand-père”, a-t-il fini par comprendre.

Après une enquête de l’enseignant, une des étudiantes incriminée a avoué qu’au moins la moitié des copies avaient été produites grâce à ce logiciel d’intelligence artificielle. Si les logiciels anti-plagiat ont effectivement du mal à détecter un travail entièrement réalisé avec ChatGPT, les enseignants ne sont donc pas dupes et ont d’autres outils pour le remarquer.

Mais l’enseignant a beau avoir gagné sur ce coup-là, il a expliqué au journal avoir quand même été contraint de noter les copies réalisées avec ChatGPT. Le règlement de l’établissement n’interdisant en effet pas officiellement l’utilisation de ce logiciel. Les étudiants ont tous reçu la note de 11,75/20.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be