Le policier qui a tué l'Afro-Américain George Floyd demande l'annulation de son procès

Le policier qui a tué l'Afro-Américain George Floyd en 2020 a demandé mercredi à une cour d'appel d'annuler sa condamnation pour meurtre, au motif que l'extrême médiatisation du dossier et le risque d'émeutes l'avaient privé d'un procès "équitable".

FILE - In this image taken from video, former Minneapolis police Officer Derek Chauvin addresses the court at the Hennepin County Courthouse in Minneapolis, June 25, 2021. An attorney for Chauvin will ask an appeals court Wednesday, Jan. 18, 2023, to throw out his convictions in the murder of George Floyd, arguing that numerous legal and procedural errors deprived him of his right to a fair trial. (Court TV via AP, Pool, File)

Derek Chauvin, 46 ans, a été reconnu coupable de meurtre par la justice de l'Etat du Minnesota, dans le nord du pays, à l'issue d'un procès très suivi en 2021, et condamné à 22 ans et demi de détention.

Son avocat William Mohrman a plaidé mercredi devant un panel de juges pour qu'ils annulent ce procès, notamment parce que les audiences n'avaient pas été dépaysées malgré les menaces de violences autour du tribunal.

"La question principale de cet appel est de savoir si un accusé peut avoir un procès équitable dans un tribunal entouré de blocs de béton, de fils barbelés, de véhicules blindés et de troupes de la Garde nationale, tous présents dans l'éventualité de son acquittement ?" a-t-il lancé.

Quelle que soit l'issue de cet appel, Derek Chauvin restera en prison car il a plaidé coupable de "violations des droits civiques" de George Floyd devant un juge fédéral et écopé en 2022 d'une peine définitive de 21 ans de prison.

Trois autres policiers, qui étaient restés passifs pendant l'agonie de George Floyd, ont écopé de peines allant de deux ans et demi à trois ans et demi de prison.

"Diabolisé"

Le 25 mai 2020, Derek Chauvin, un policier blanc en poste depuis 19 ans à Minneapolis, était resté agenouillé sur le cou du quadragénaire noir pendant près de dix minutes, indifférent à ses râles et aux interventions de passants affolés.

La scène, filmée et mise en ligne, avait déclenché d'immenses manifestations contre le racisme et les violences policières dans tous les Etats-Unis et au-delà.

Lors du procès devant la justice locale, son avocat avait plaidé que George Floyd était mort d'une overdose, combinée à des problèmes de santé, et avait assuré que Derek Chauvin avait fait un usage justifié de la force.

Aujourd'hui, l'ancien policier cherche à faire invalider ce procès, surtout parce qu'il s'est tenu dans les villes jumelles de Minneapolis-Saint-Paul, qui étaient toujours à cran moins d'un an après le drame.

Lors de la sélection des jurés, tous les candidats "avaient exprimé des inquiétudes pour leur sécurité", et leur peur de voir leur ville s'embraser à nouveau en cas d'acquittement, a déclaré Me Mohrman.

"Le dossier n'aurait pas dû être jugé à Minneapolis où la couverture de l'affaire a été omniprésente", a-t-il également estimé. Dans un argumentaire écrit, il avait reproché aux médias d'avoir "idéalisé George Floyd et diabolisé Derek Chauvin".

"Transparent"

"Le procès était l'un des plus transparents et des plus complets de l'Histoire de notre pays", a rétorqué Neal Katyal, un juriste renommé qui représentait l'accusation: "le juge et les parties ont pris deux semaines pour sélectionner avec grand soin les jurés, 44 témoins ont défilé à la barre, les jurés ont vu des vidéos, entendu des passants, des experts..."

"Même si Chauvin pouvait identifier quelques erreurs mineures, elles n'auraient pas d'effet. Les preuves de sa culpabilité ont été enregistrées sur une vidéo que le monde entier a pu voir", a-t-il assené.

Reprenant certains arguments de Me Mohrman, Neal Katyal a estimé que l'omission d'un juré, qui n'avait pas révélé avoir participé à une marche antiraciste à Washington, n'était pas un mensonge de nature à disqualifier le procès. Cet homme "a été très clair sur son opinion concernant les brutalités policières" et la défense a sciemment décidé de le maintenir dans le jury, a-t-il noté.

Les juges ont 90 jours pour rendre leur décision.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be