"Il sera très très difficile d'expulser les forces russes" : le chef d'état-major américain craint que la guerre en Ukraine s'éternise

Les Etats-Unis tablent sur une contre-offensive ukrainienne au printemps

Il sera "très difficile" de déloger d'ici la fin de l'année l'armée russe du territoire ukrainien, a affirmé vendredi le chef d'état-major américain, le général Mark Milley, à à l'issue d'une réunion des pays alliés sur le soutien militaire à Kiev sur la base américaine de Ramstein, dans le sud-ouest de l'Allemagne. "D'un point de vue militaire, je maintiens encore qu'il sera très difficile d'expulser les forces russes de toutes les zones d'Ukraine occupées", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

"Cela ne veut pas dire que cela ne peut pas arriver. Mais cela sera très très difficile", a ajouté le général Milley.

"Il est aussi tout à fait possible "pour les Ukrainiens de mener une offensive significative (...) afin de libérer le plus possible de territoires. Mais "cela dépendra des livraisons d'équipements, et des entrainements", a poursuivi le plus haut gradé de l'armée américaine.

Les États-Unis s'attendent à une contre-offensive des troupes ukrainiennes au printemps, a déclaré de son côté à la presse le secrétaire (ministre) américain à la Défense, Lloyd Austin, soulignant qu'il s'agissait pour les alliés d'aider Kiev à s'y préparer.

Pour la livraison de matériels, "nous avons une fenêtre d'opportunité entre maintenant et le printemps... dès qu'ils commencent leur opération, leur contre-offensive", a-t-il indiqué. "Ce n'est pas une longue période et nous devons réunir les bonnes capacités", a-t-il souligné.

Le président ukrainien Volodymyr Zekensky a exhorté vendredi les Occidentaux à accélérer leurs livraisons d'armes lourdes, notamment de chars.

Aucune décision n'a cependant été prise à l'issue de la réunion de Ramstein sur l'envoi prochain de chars Leopard 2 de fabrication allemande, réclamés avec insistance par l'Ukraine.

La question "a été discutée" mais "aucune décision n'a été prise", a déclaré le nouveau ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius.

Le ministre polonais de la Défense s'est pour sa part déclaré "convaincu" que les alliés réussiront à créer une coalition pour livrer des chars Leopard à l'Ukraine.

"Je suis convaincu que la formation de cette coalition finira par être un succès", a déclaré Mariusz Blaszczak à l'issue de la réunion des soutiens de l'Ukraine à Ramstein.

La Pologne s'est dite prête à envoyer en Ukraine quatorze chars Leopard 2 dans le cadre d'une coalition internationale, avec le feu vert de l'Allemagne, productrice de ces chars.

"Cet espoir découle du fait que les ministres de la Défense de quinze pays se sont rencontrés en marge de la conférence d'aujourd'hui et nous avons discuté" de cette question, a dit le ministre.

M. Blaszczak a également indiqué que la Pologne, dans le cadre du nouveau paquet d'aide à l'Ukraine, allait "équiper et former des soldats ukrainiens au niveau d'une brigade". "Il s'agira de véhicules de combat d'infanterie et de chars T-72 usagés", a-t-il précisé.

Aucune décision à Ramstein sur des livraisons de chars réclamés par l'Ukraine: "Les positions sont pas aussi homogènes qu'on pourrait le penser"

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be