Des enfants attaqués au couteau à Annecy: l'assaillant a crié à deux reprises "au nom de Jésus Christ" (PHOTOS + VIDEOS)

L'attaque s'est déroulée ce jeudi matin vers 9h30.

Un homme armé d'un couteau a attaqué des enfants à Annecy jeudi matin. Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin a confirmé cette information, annonçant que l'individu suspect avait été interpellé. Les faits se sont produits dans une petite aire de jeux située sur le Pâquier, tout proche du pont des Amours et non loin du lac d'Annecy. Selon le dernier bilan, l'attaque a fait six blessés dont quatre enfants.

"Aucun mobile terroriste apparent" n'est pour l'heure retenu, a indiqué dans l'après-midi la procureure d'Annecy Line Bonnet-Mathis. "En l'état il n'y a pas d'éléments qui pourraient nous laisser entendre qu'il y a une motivation terroriste", a-t-elle ajouté, précisant qu'une enquête pour tentative d'assassinats avait été ouverte.

L'étrange comportement de l'assaillant d'Annecy: "Ça fait deux mois que ce gars vient s’asseoir sur un banc tous les jours, habillé en noir"

La procureure a donné également davantage de détails précis sur les victimes. En ce qui concerne les enfants touchés, l'un d'eux est âgé de 22 mois, deux autres de deux ans, et un quatrième de trois ans. Deux d'entre-eux ont leur pronostic vital engagé. Un jeune Britannique et un jeune Néerlandais font partie de ces quatre blessés.

Selon Cnews, la victime britannique est la petite fille de 3 ans tandis que la victime néerlandaise est l'enfant de 22 mois. Le média avance également que les deux autres enfants, de deux ans, sont un frère et une soeur.

Un des deux adutes blessés l'a été plus grièvement. Toujours selon Cnews, il s'agirait d'"un homme de 70 ans, qui était assis sur un banc, blessé au couteau au niveau du cou, mais aussi par balle".

"Au nom de Jésus Christ": ce que l'on sait du suspect

Selon Le Figaro, le suspect serait inconnu des services de police. Des médias français annoncent qu'il s'agit d'Abdalmasih H., âgé de 32 ans, un réfugié Syrien entré légalement sur le sol français. Il aurait fait une demande d'asile en novembre dernier. Le Dauphiné précise que l'assaillant, avant de venir en France, vivait depuis 2013 en Suède, où il avait déjà obtenu le statut de réfugié.

Dans son dossier de demande d'asile déposé en France, il s'est déclaré "chrétien de Syrie", a rapporté de son côté une source policière. Aeteadal K., une réfugiée syrienne de 50 ans qui avait été en contact avec lui à Trollhättan, en Suède, a indiqué à l'AFP à Stockholm qu'il avait "quitté la Suède pour la France il y a sept mois".

A noter que l'assaillant, durant l'attaque, a dit à deux reprises en anglais "au nom de Jésus Christ", révèle une vidéo consultée par l'AFP et confirmée de source proche du dossier. Il portait une croix chrétienne quand il a été interpellé.

Nos confrères français du Dauphiné ont également interrogé une personne qui a fait d'étranges révélations au sujet du suspect. Cet employé des pontons au bord du lac d’Annecy a confié que l'individu venait chaque jour depuis environ deux mois s'asseoir à proximité des lieux de l'attaque de ce jeudi. "Ça fait deux mois que ce gars vient s’asseoir sur un banc tous les jours, habillé en noir, sac à dos noir, lunettes noires, barbu. Il avait toujours une bouteille d’eau avec du liquide jaune dedans. Il ne parlait pas." La source ajoute toutefois que jamais cet individu n'avait montré des signes d'agressivité.

Les images de l'arrestation, prises par un témoin, ont été diffusées sur les réseaux sociaux.

Des témoins racontent

Un témoin de la scène s'est confié au média France Bleu Pays de Savoie, et a donné des indications sur le comportement du suspect. "On a vu une personne attaquer des enfants dans des jeux, des petits, manifestement c'était sa cible", déclare-t-il. "Après des personnes ont essayé de l'effrayer, il s'est éloigné et la police est intervenue. Il parlait anglais. Au début, on a tous cru que c'était une mise en scène, mais avec les cris des gens, on se rend compte que c'est la réalité, le gars était confus."

"Je courais au bord du lac, et je vois tout d'un coup des dizaines de personnes qui courent dans le sens contraire. (...) Il y a une maman qui me dit 'courez, courez! Il y a quelqu'un qui poignarde tout le monde tout au long du lac, il a poignardé des enfants, courez !'", a témoigné l'ancien footballeur professionnel Anthony Le Tallec dans une story Instagram. "Je continue et je le vois qui arrive en face de moi, sur l'herbe. Je vois des flics qui sont à cinq, dix mètres derrière lui (...). Il arrive vers moi, donc je m'écarte. Et je vois qu'il fonce tout droit vers des papys et mamies, et là il attaque le papy, il le poignarde une fois", poursuit-il. "Il attaque une fois deux fois, et là ils commencent à tirer, donc là ils tirent devant moi, sur la personne, donc il tombe à terre (...). Moi je continue ma course, et je vois des enfants par terre, très malheureux, des enfants touchés", a-t-il témoigné.

Les politiques réagissent, Borne va se rendre sur place

Le président Emmanuel Macron a réagi à l'attaque en fin de matinée. "Attaque d’une lâcheté absolue ce matin dans un parc à Annecy. Des enfants et un adulte sont entre la vie et la mort. La Nation est sous le choc. Nos pensées les accompagnent ainsi que leurs familles et les secours mobilisés", a-t-il déclaré.

"Plusieurs personnes dont des enfants ont été blessés par un individu armé d’un couteau dans un square à Annecy. L’individu a été interpellé grâce à l’intervention très rapide des forces de l’ordre", avait indiqué plus tôt le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin. La Première ministre Élisabeth Borne s'est rendue sur place et Gérald Darmanin doit en faire de même.

Suite à cette attaque au couteau, une minute de silence a été observée au sein de l'Assemblée nationale.

EN IMAGES: Des enfants attaqués au couteau à Annecy

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...