Alex T. avait été interpellé au Royaume-Uni et extradé vers la Belgique. Les corps des victimes avaient été découverts le 23 octobre 2019 à bord d'un camion frigorifique dans le comté britannique d'Essex. Il est rapidement apparu que le conteneur qui les transportait avait quitté Zeebrugge pour Purfleet la veille. Les 39 migrants, parmi lesquels trois mineurs d'âge, étaient tous originaires du Vietnam. Ils sont morts d'asphyxie et d'hyperthermie en raison de la chaleur et du manque d'oxygène dans l'espace confiné du conteneur.

Dans le volet belge de l'enquête, deux planques ont été découvertes par les enquêteurs à Anderlecht. La branche belge du réseau clandestin a ainsi pu être démantelée le 26 mai 2020. Au total, la bande a pu être liée à 130 passages clandestins vers le Royaume-Uni.

N. Sy Tai (20 ans) a été arrêté en décembre 2020 dans le comté anglais de Worcestershire. Après son extradition vers la Belgique, il a d'abord été enfermé pendant deux mois au centre fédéral fermé pour jeunes d'Everberg. Entre-temps, l'enquête a toutefois révélé que Tai, qui avait prétendu être mineur d'âge au moment des faits, était en réalité majeur.

Alex T. aurait également eu un rôle d'intermédiaire dans l'organisation de trafic d'êtres humains. Le suspect n'a pu être arrêté que le 17 juin 2021 à Middlesbrough, en Angleterre. Il a également faussement prétendu être mineur.

Les deux jeunes Vietnamiens auraient été en contact avec des chauffeurs de taxi, qui étaient censés emmener les migrants en transit vers le lieu du trafic proprement dit. De leur propre aveu, ils auraient eux-mêmes eu l'intention de rejoindre clandestinement le Royaume-Uni. Fin février, N. Sy Tai et Alex T. ont été longuement interrogés une dernière fois par les enquêteurs. Leur affaire sera prochainement renvoyée devant un juge pénal. N. Sy Tai est également toujours maintenu en détention.

Dans le même dossier, le tribunal correctionnel de Bruges avait condamné le 19 janvier dernier 18 prévenus. Le leader de l'organisation criminelle, Vo Van Hong, a écopé de la peine maximale de 15 ans de prison, ainsi que d'une amende de 920.000 euros et de la confiscation de près de 2,3 millions d'euros.