Ils appartiennent au 2ème régiment d'artillerie de campagne de Helchteren


KABOUL Quatre militaires belges ont été légèrement blessés vendredi dans un attentat-suicide à la voiture piégée qui a coûté la vie à son auteur devant l'entrée principale du camp de l'aéroport international de Kaboul (KAIA), a-t-on appris vendredi de source militaire à Bruxelles.

Les quatre militaires belges souffrent, l'un de brûlures à la tête et deux d'un traumatisme auditif, a précisé une porte-parole du service de presse de la Défense, Ingrid Baeck, à l'agence BELGA. Deux d'entre eux sont aussi en état de choc. Ils ont pu eux-mêmes prévenir leur famille, a ajouté Mme Baeck.

L'analyse des images du système de surveillance montre que le kamikaze visait un convoi militaire allemand, qu'il a manqué. Sa voiture a explosé vers 07h30 locales (05h00 HB) près de l'entrée principale du camp de la force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF, dirigée par l'OTAN), installé sur l'aéroport.

Quelque 300 militaires belges sont stationnés à KAIA, dont ils assurent la protection et le fonctionnement. Les quatre militaires belges étaient de faction à l'entrée principale, a ajouté la porte-parole.

Selon elle, deux soldats afghans qui assuraient aussi la garde de l'entrée principale ont été touchés.

A Kaboul, le ministère afghan de l'Intérieur et l'ISAF ont annoncé le décès d'un soldat afghan, de même que celui du kamikaze.

Celui-ci "n'a apparemment pas pu actionner le détonateur de sa charge et le convoi a quitté la zone", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur Zamarai Bashary, à l'AFP.
L'attentat-suicide a également blessé deux civils, selon M. Bashary.

Quatre soldats ont été blessés, a affirmé pour sa part à l'AFP un jeune militaire afghan, témoin de l'attentat.
L'ISAF ne déplore que "quelques blessures légères" dans ses rangs, a assuré une de ses porte-parole à l'AFP.
La voiture piégée, selon ce témoin, a été précipitée sur l'avant du convoi de deux 4X4 allemands, mais le chauffeur allemand a eu le réflexe de dégager immédiatement son véhicule "et c'est à ce moment que la voiture-piégée a explosé".

Le convoi allemand a pu rejoindre une autre installation de l'ISAF à Kaboul, Camp Warehouse, a précisé Mme Baeck.
Sur les lieux, une trentaine de jeunes soldats afghans étaient en train de se regrouper pour se rendre en Italie où ils doivent suivre une formation dans les montagnes, a précisé le jeune militaire.

Des tâches de sang maculaient le sol et les vêtements des autres soldats, ainsi que leurs sacs.

Toute la zone, qui comprend l'aéroport international de Kaboul, a été bouclée par les forces internationales.
Des attentats similaires ont été revendiqués dans le passé par les insurgés talibans et leurs autres alliés islamistes.

La dernière attaque-suicide à Kaboul a visé également les forces étrangères le 25 août, sur le principal axe menant vers la ville de Jalalabad, blessant trois soldats de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis et quatre passants.

Ces violences perpétrées contre le gouvernement du président Hamid Karzaï et les troupes internationales, présentes en Afghanistan depuis le renversement du pouvoir des talibans fin 2001, se sont intensifiées ces deux dernières années.

Cette unité fournit depuis le début du mois de juillet et pour quatre mois l'essentiel du contingent de près de 300 hommes que la Belgique affecte à la force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) en Afghanistan.

Les autres membres du détachement proviennent de toute une série d'autres unités.

Les militaires belges, qui sont relevés tous les quatre mois, assurent la protection de l'aéroport international (KAIA), une installation vitale pour la force commandée par l'OTAN car elle constitue son principal lien avec le monde extérieur, ainsi que dans le nord de l'Afghanistan.
Une vingtaine d'autres militaires belges sont affectés à Kunduz (nord) au sein d'une équipe provinciale de reconstruction ("Provincial Reconstruction Team", PRT) dirigée par l'Allemagne, alors que sept Belges sont en poste auprès du "Regional Area Command North" de l'ISAF, à Mazar-I-Sharif.

A partir du mois d'octobre, sans doute vers le 7, lors de la prochaine relève, la Belgique reprendra pour six mois au moins le commandement de l'aéroport de Kaboul, ce qui la contraindra à accroître ses effectifs d'une quarantaine de personnes pour occuper des fonctions-clés au sein de la structure de commandement. Le gouvernement sortant n'a pas exclu de prolonger cet engagement de six mois - d'avril à octobre 2008.

Chargée depuis décembre 2001 - après le renversement du régime des talibans - d'aider les nouvelles autorités afghanes à maintenir la sécurité, l'ISAF compte actuellement près de 40.000 hommes de 37 nationalités, dont la majorité est stationnée dans le sud du pays où se concentre l'insurrection des talibans.