Monde

Lalit Patibar est un adolescent comme les autres... mis à part une pilosité abondante sur l'entièreté de son visage.

Agé de 13 ans, il est né à Ratlam, en Inde, avec une maladie que l'on connait sous le nom de "syndrome du loup-garou". L'hypertrichose, son nom scientifique, est une anomalie hormonale provoquant une pilosité anormale sur tout le corps ou sur une partie.

Lalit, pour autant, vit heureux malgré sa différence. "Je me sens bien car je suis né comme ça", explique-t-il, même s'il subit certains désagréments. "Les poils entrent dans mes yeux. Lorsque je mange, ils entrent dans ma bouche. Parfois, j'ai du mal à respirer."

"Quand je serai grand, je raserai sûrement tout, et je serai comme tout le monde", avoue-t-il. La famille, elle, explique que cela pourrait se résorber. "Son état pourrait être modifié vers 15 ou 16 ans avec un changement hormonal. Sinon, une opération est aussi possible." Pour le moment, les traitements tentés n'ont pas été efficaces.

Un syndrome à l'origine de la légende?

Lalit n'est pas un cas isolé. Si le syndrome est rare, il n'est pas inconnu, dans l'histoire récente et plus ancienne. En 2010, une jeune fille thaïlandaise nommée Supatra "Nat" Sasuphan avait fait la une après avoir été déclarée "enfant la plus velue" par le Guinness World Record. Comme l'Indien, elle avait le visage recouvert de cheveux.

Mais ce phénomène n'est pas neuf. En 2009, le généticien W-Xue Zhang rapportait une petite centaine de cas recensés dans la littérature scientifique. Certains remontent à plusieurs siècles d'aujourd'hui. Au XVIe siècle, un enfant atteint par le syndrome fut offert au roi de France Henri II. D'autres ont fini dans des foires ou des cirques. Ils étaient présentés comme des hommes-chien, en cage, forcés de grogner ou d'aboyer.

De l'homme-chien au loup-garou, l'apparence bestiale des malades a, selon certaines théories, tout simplement donné naissance à la légende.