Face à la propagation fulgurante du variant Omicron au Royaume-Uni, la campagne de rappel du gouvernement, menée à des rythmes sans précédent, ne prend pas de pause pour Noël.

"C'était complètement inimaginable, inconcevable pour tout le monde qu'un tel Noël ou même une telle année puisse se passer comme ça", résume Saif Kurshid, rencontré par l'AFP alors qu'il est venu se faire vacciner.

"Cela a été surtout une année de vaccination, une période sans précédent", poursuit cet homme.

Le centre de vaccination a été mis en place dans la mairie d'arrondissement de Redbribge, quartier populaire de la capitale britannique.

Certains soignants du service national de santé (NHS) accueillent le public portant un bonnet de père Noël. Sur les murs, "Joyeux Noël" est écrit en grandes lettres et une affiche montre un elfe vacciner un autre elfe.

Venue travailler au centre en ce jour férié, Simran Johal, une pharmacienne, assure que le travail en équipe permet de garder une ambiance festive: "Je pense que tout le monde veut juste que tout cela se termine bientôt, pour que nous puissions revenir à une sorte de normalité. C'est un facteur de motivation pour nous aussi."

Face à des contaminations galopantes au très contagieux variant Omicron qu'il a qualifiées de "raz de marée", le Premier ministre Boris Johnson a décrété la mobilisation générale pour offrir une dose de rappel à tous les adultes du Royaume-Uni d'ici à la fin de l'année.

Plus de 32 millions de personnes ont déjà bénéficié de cette troisième dose, soit 56% des 12 ans et plus, avec un rythme qui approche le million d'injections par jour. Un tel rythme n'avait jamais été atteint même au printemps, quand la campagne anti-Covid était menée tambour battant.

© AFP

Volontaires et soignants 

Plus de 700 militaires ont été appelés à se joindre à cet effort national, des volontaires ont été réunis et il a été décidé que la vaccination ne ferait aucune pause même pendant la fête de Noël.

"Il y a 20 volontaires, il y a 20 employés du NHS ici toute la journée, qui vaccinent, cela vous montre vraiment dans quoi les gens sont impliqués", se félicite Mark Santos, conseiller municipal de Redbrigde venu veiller à la bonne tenue de l'opération.

Londres se trouve à l'épicentre de la résurgence de la pandémie au Royaume-Uni, qui déplore déjà plus de 147.000 morts du Covid-19 depuis mars 2020.

Le nombre de cas dans le pays a flambé, dépassant ces derniers jours les 100.000 par jour. Les hospitalisations commencent à augmenter et les derniers chiffres montrent une nette aggravation dans la capitale ces derniers jours.

Si l'Ecosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord ont déjà annoncé de nouvelles restrictions sanitaires pour après Noël, Boris Johnson temporise pour l'Angleterre, encouragé par des études montrant une baisse du risque de forme grave avec Omicron par rapport au variant Delta.

Ces études ont cependant montré que cet effet pourrait être compensé, en termes de pression sur les hôpitaux, par la contagiosité très forte qui se traduit par un nombre sans précédent de cas positifs.

Des décisions pour un tour de vis pourraient avoir lieu dès lundi selon la presse britannique.

Pour l'instant, Boris Johnson s'est contenté de déclencher son "plan B," qui prévoit masques à l'intérieur, télétravail et pass sanitaires pour les boîtes de nuit et événements de masse, et de mettre l'accent sur la vaccination.

L'explosion continue des cas s'est cependant poursuivie depuis, entraînant de nombreuses fermetures d'entreprises et annulations dans les transports en raison des employés à l'isolement.