Première étape d'un chantier de plus de trois ans pour redonner voix à Notre-Dame de Paris, la console du grand orgue symphonique est précautionneusement chargée sur une palette puis descendue jusqu'aux pavés treize mètres plus bas.

"C'était une phase très délicate, pour nous tous une source de grand stress!", avoue Christian Lutz, technicien-conseil auprès des monuments historiques, mandaté pour la maîtrise d'oeuvre, tout comme Mario d'Amico, facteur d'orgue et chef de chantier de l'Atelier spécialisé Quoirin. Le soulagement est visible sur leurs visages après cette première opération réussie, plus compliquée que prévu.

La console, c'est un poste de pilotage de taille modeste par rapport à l'ensemble, mais crucial: cinq claviers pour les mains, un clavier pour les pieds et 115 jeux.

Sa dépose n'est que le démarrage de ce "chantier dans le chantier" et qui doit s'achever à temps pour que soit célébré en musique un Te Deum dans la cathédrale le 16 avril 2024, dans le délai de cinq ans après l'incendie voulu par le président Emmanuel Macron.

L'orgue de Notre-Dame, le plus grand de France, a résonné dans sa nef depuis 1733.

Sa restauration ne pose pas de problèmes techniques insurmontables mais est rendue complexe par les contraintes du chantier beaucoup plus vaste dans lequel elle s'insère.

Le majestueux orgue a été épargné par le feu le 15 avril 2019 mais couvert de poussière de plomb. Il a aussi souffert des canicules.

"Opération minutieuse"

Le gros du travail, ce sera de "démonter chacun des 8.000 tuyaux des 115 jeux de l'instrument" pour les nettoyer, souligne à l'AFP le général Jean-Louis Georgelin, président de l'Etablissement public chargé de la restauration de Notre-Dame. Cette phase démarrera le 24 août.

Certains ont dix mètres de haut, d'autres sont de la taille d'un stylo. Il y a quelques pièces gothiques, les autres des XVIIe, XVIIIe, XIXe, XXe et XXIe siècles.

"Cette opération minutieuse, nous l'avons longuement préparée et planifiée de telle sorte que le grand orgue puisse résonner le 16 avril 2024", souligne le général mélomane, qui s'est mobilisé pour la "voix" de la cathédrale.

Pour ce faire, il a fallu préalablement monter en juillet un échafaudage spécial, très haut, pour atteindre tous les tuyaux.

Et ce lundi matin, c'est enfin le coup d'envoi du démontage: quatre facteurs d'orgue, aidés de quelques échafaudeurs, déplacent la console de 500 kg en chêne qu'ils posent sur une palette, en évitant qu'elle ne bascule, au dessus d'une "sapine", un puits aménagé dans l'échafaudage. Les facteurs retiennent leur souffle quand elle amorce sa descente, heurtant parfois les barres, ce qui oblige à la débloquer à chaque fois. Elle atteint le sol pavé en douceur. Le tout bouclé en 25 minutes.

La dépose de la console libère l'espace nécessaire pour installer un plateau au pied de l'orgue sur lequel les plus grands tuyaux pourront être nettoyés sans être descendus. L'échafaudage devra être rehaussé dans les prochaines semaines pour l'installer.

Préserver l'harmonie

95% des tuyaux seront au total démontés. Resteront fixés les dix plus grands tuyaux de bois, les grands tuyaux métalliques de la façade de l'orgue, sans compter le buffet et les grands soufflets.

Il y a 250 caisses de contreplaqué qui ont été construites pour entreposer les pièces démontées. Elles seront placées dans quatre containers étanches sur le parvis de Notre-Dame, avant d'être emmenées dans un centre de restauration en banlieue parisienne.

Pour Mario d'Amico, chef de chantier, "le défi majeur, ce sera de stocker ces tuyaux de manière que toute l'harmonie, tout le son d'origine de l'orgue restent intacts après la manipulation". Car certains sont très fragiles et peuvent se déformer.

"Toute l'histoire de l'orgue français est résumé en un seul orgue", remarque avec émotion Christian Lutz, qui a "soigné" dans sa carrière près de 160 orgues divers dans toute la France.

Le chantier, pour lequel plusieurs sociétés se passeront le relais, est prévu jusqu'en avril 2024: décontamination approfondie au plomb, restauration de certains éléments, remontage sur site, et, dans les six derniers mois, les opérations les plus délicates (harmonisation, accordage), qui devraient se faire dans le silence, si possible de nuit.