"Accord historique à l'occasion de la réunion des ministres de l'intérieur de l'UE: l'Union européenne accordera une protection temporaire à ceux qui fuient la guerre en Ukraine", a tweeté le ministre français Gérald Darmanin, qui présidait cette réunion. La commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, a elle aussi tweeté en ce sens.

Plusieurs centaines de milliers de personnes ont fui l'Ukraine ces derniers jours, principalement en direction de la Pologne, mais aussi vers la Slovaquie, la Hongrie et la Roumanie. Les ministres avaient donné dimanche mandat à la Commission européenne pour faire rapidement une proposition d'activer au niveau de l'UE un régime spécial, encore jamais utilisé. Il prévoit d'octroyer très rapidement une protection temporaire d'un an, prolongeable, aux personnes fuyant l'Ukraine, avec permis de séjour, accès au marché du travail et à l'éducation, etc.

La Commission a dévoilé mercredi les détails de sa proposition. Elle ne comprend pas de mécanisme de répartition en tant que tel, car il est attendu que de nombreux Ukrainiens arrivant dans l'UE se répartissent d'eux-mêmes sur le territoire, en rejoignant par exemple de la famille et des communautés déjà installées. Mais la proposition part d'un esprit d'"équilibre des efforts" entre États membres, et prévoit notamment que chaque capitale communique ses capacités estimées d'accueil et le nombre de personnes déjà reçues, et collabore avec la Commission et les autres États via une "plateforme de solidarité" où ces informations et les demandes d'aide s'échangeraient.

"La protection des citoyens qui fuient l'Ukraine doit être automatique et directe. C'est à nous de faire passer ce message clair aux Ukrainiens: on est là, on ne vous lâche pas et on en vous lâchera jamais", a plaidé jeudi le secrétaire d'État belge à l'Asile et la Migration, Sammy Mahdi, à son arrivée à la réunion.