Monde

Les députés britanniques ont à nouveau rejeté la motion déposée par le Premier ministre britannique Boris Johnson et son gouvernement demandant la tenue d'élections anticipées, lors d'un vote à 1h00 du matin mardi.

Boris Johnson devait récolter le soutien de deux tiers de l'assemblée, soit au moins 434 parlementaires, or seuls 293 députés se sont prononcés en faveur d'élections anticipées. Selon un décompte de la BBC, 46 ont voté contre, le nombre d'abstentions n'est pas encore déterminé. Avant le vote, le chef de gouvernement a assuré qu'il ne demanderait "pas un nouveau report" du Brexit, prévu le 31 octobre, en dépit d'une loi votée en ce sens par le Parlement, entrée en vigueur lundi après l'assentiment de la reine Elizabeth II.

Le vote tardif a eu lieu lors de la dernière séance avant une suspension du Parlement pendant cinq semaines décidée par Boris Johnson. Cette suspension très controversée, critiquée par le président de la Chambre des communes John Bercow, s'est déroulée dans une ambiance électrique, au milieu des protestations acrimonieuses de l'opposition.

La séance parlementaire de lundi a aussi été marquée par l'annonce de M. Bercow, à la surprise générale - qu'il ne se représenterait pas, après dix années dans son fauteuil de "speaker". Samedi déjà, d'autres démissions avaient porté préjudice à M. Johnson avec celle de l'europhile ministre du Travail Amber Rudd, après celle de son propre frère, Jo Johnson.