Monde Nelly Voskuijl, la sœur de celle qui a aidé la famille d’Anne Frank, pourrait avoir montré la planque aux nazis en 1944.

Une sœur de Bep Voskuijl, la personne qui a prêté main-forte à Anne Frank et sa famille lorsqu’ils vivaient en clandestinité dans l’Annexe à Amsterdam, pourrait être la personne qui a montré la planque aux nazis en 1944. Telle est la conclusion de la biographie de Bep Voskuijl publiée ce mardi. Le livre a été écrit par le journaliste flamand, Jeroen De Bruyn, et le fils cadet de Voskuijl, Joop van Wijk.

Les deux auteurs auraient notamment discuté avec deux témoins qui ont fourni des informations jusqu’à présent inconnues. Il s’agit de Diny Voskuijl, une autre sœur de Bep, et de Bertus Hulsman, le fiancé de Bep pendant la guerre.

Au cours de leur travail d’investigation, les deux hommes ont découvert que Nelly Voskuijl (1923-2001), une sœur cadette de Bep, avait collaboré avec les nazis de ses 19 ans jusqu’à ses 23 ans. "Et la conclusion douloureuse, mais claire, est que nous pouvons ajouter Nelly à la désormais longue liste de suspects", écrivent les deux biographes.

Jusqu’à présent, le traître qui est à l’origine de la déportation de la famille Frank vers un camp de concentration allemand n’est pas connu. Officiellement, seule Bep Voskuijl et son père Johan Voskuijl connaissaient l’existence de la cachette située le long du canal des princes à Amsterdam. Bep avait travaillé comme employée de bureau dans l’une des entreprises d’Otto Frank et fournissait des denrées alimentaires et des vêtements aux personnes qui vivaient dans la clandestinité. Son père avait fabriqué la porte de la désormais célèbre bibliothèque qui masquait l’entrée de l’abri.

Les auteurs affirment que, outre le travail de Nelly pour les nazis, ils ont trouvé d’autres preuves de son implication dans la trahison. Elle soupçonnait sans doute sa sœur aînée et son père d’aider les juifs, d’après ses propos : "Vous n’avez qu’à rejoindre vos juifs !" De plus, la voix de l’informateur aurait été "celle d’une jeune femme", selon Karl Silberbauer, le SS autrichien qui a procédé à l’arrestation des personnes qui vivaient dans l’Annexe.

Les auteurs trouvent par ailleurs curieux que Bep ait opté pour un silence radio à partir des années 60. Mais de là à affirmer que Nelly est une traîtresse, les biographes estiment que cela revient à aller "un pont trop loin".