Déjà renvoyé en correctionnelle pour l'utilisation frauduleuse de passeports diplomatiques et de service, M. Benalla affrontera un second procès, aux côtés de trois autres prévenus, principalement pour des coups portés à des manifestants à Paris qui avaient suscité un scandale politique.

L'ordonnance de renvoi au tribunal correctionnel datée de lundi, quasi-conforme aux réquisitions du parquet de Paris, renvoie l'ex-chargé de mission, reconverti dans le privé, devant le tribunal correctionnel pour "violences volontaires", "immixtion sans titre dans l'exercice d'une fonction publique" ou encore "port d'arme" ou "port public d'insigne" non-autorisé.

Le 18 juillet 2018, le quotidien Le Monde identifie le collaborateur du chef de l'Etat dans une vidéo tournée et diffusée le 1er mai par Taha Bouhafs, militant de La France insoumise devenu depuis journaliste.

Dans ce document, Alexandre Benalla, coiffé d'un casque à visière des forces de l'ordre, s'en prend à un jeune homme à terre, sur la place de la Contrescarpe à Paris.

En quelques heures, l'affaire se transforme en scandale politique et crée une crise sans précédent pendant la mandature d'Emmanuel Macron.

Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire le 19 juillet sur les faits de "violences".

Rapidement élargie à des faits de détournements d'images de vidéo-surveillance dont sont soupçonnés de hauts responsables policiers, cette affaire très sensible est confiée trois jours plus tard à des juges d'instruction.

M. Benalla est accusé d'avoir molesté des manifestants en marge du défilé du 1er-Mai, non seulement place de la Contrescarpe à Paris mais aussi, depuis d'autres révélations d'août 2018, au Jardin des plantes.

A son côté, son acolyte Vincent Crase, ex-salarié de la République en marche, qui figurera sur le banc des prévenus pour les mêmes infractions.

MM. Benalla et Crase contestent les violences, estimant avoir aidé les forces de l'ordre à interpeller des manifestants qui leur jetaient des projectiles.

Deux anciens hauts gradés de la Préfecture de police de Paris, impliqués dans la remise des images des incidents de la place de la Contrescarpe à M. Benalla, sont également renvoyés en correctionnelle, notamment pour "violation du secret professionnel".

L'enquête a aussi porté sur un troisième volet, le selfie que M. Benalla a pris, en exhibant une arme, durant la campagne présidentielle de 2017.

Le juge a prononcé en revanche un non-lieu pour un troisième fonctionnaire de police qui avait initialement été mis en cause.