Répondant d'un "meurtre sur conjoint", l'informaticien de 36 ans encourt la réclusion criminelle à perpétuité, le verdict devant être prononcé samedi dans la soirée.

"Vous sortirez un jour de prison Monsieur Daval, comment voyez-vous la suite en tant qu'homme", l'a interrogé l'avocat général Emmanuel Dupic. "J'ai plus d'avenir", a-t-il juste répondu.

"Je ne me suis jamais projeté au niveau de la peine", a-t-il confié, "peu importe, je dois payer pour les actes que j'ai commis".

En détention à la maison d'arrêt de Dijon, Jonathann Daval voit psychologue et psychiatre. Il dit apprendre à se "libérer" et essaie "d'éviter de contenir certaines choses" et de "tout garder" pour lui.

Plus tôt dans la journée, après avoir tenté en vain d'obtenir des explications supplémentaires de la part de son ancien gendre, la mère d'Alexia, Isabelle Fouillot avait conclu: "Je te souhaite un bon séjour en prison Jonathan. Adieu".