Ghislaine Maxwell, âgée de 59 ans, risque une très longue peine de prison si les 12 jurés la reconnaissent coupable d'avoir fourni des jeunes filles mineures à Jeffrey Epstein -- un financier multimillionnaire de la jet-set américaine -- afin qu'il les exploite sexuellement.

Le temps que prendra le jury n'est pas clair. Les observateurs espèrent un verdict avant Noël, quand l'intéressée aura 60 ans. Elle risque jusqu'à 80 ans de prison.

"Il est temps qu'elle rende des comptes", a lancé la procureure Alison Moe lors de son réquisitoire, au dernier jour d'un procès de trois semaines.

Selon la procureure, Mme Maxwell était "la clé" du système mis en place par Jeffrey Epstein pour recruter de jeunes filles qu'il abusait sexuellement. Dans son réquisitoire, elle l'a décrite comme "une femme adulte qui s'est attaquée à des enfants vulnérables". Elle a demandé au jury de la tenir "responsable" de l'abus sexuel de quatre femmes lorsqu'elles étaient mineures entre 1994 et 2004.

"Ils menaient ensemble leurs méfaits", a lancé la procureure au jury. "A l'abri des regards, (...) ils commettaient des crimes horribles."

Depuis le début des audiences le 29 novembre, les procureurs ont cherché à dépeindre cette Britannique -- qui possède également les nationalités américaine et française -- comme la complice entre 1994 et 2004 de Jeffrey Epstein, qui s'est, lui, suicidé en prison deux ans auparavant, dans l'attente de son propre procès.

Dans la salle du tribunal fédéral de Manhattan, Ghislaine Maxwell, vêtue d'un pull blanc crème et portant un masque noir, prenait souvent des notes qu'elle passait à ses avocats ou collait sur un dossier, pendant que la procureure assurait qu'elle était "coupable".

Au fil des semaines de procès, quatre femmes ont apporté leurs témoignages à l'encontre de la fille de l'ancien magnat des médias Robert Maxwell.

Deux des témoins ont ainsi affirmé qu'elles n'avaient pas plus de 14 ans quand Ghislaine Maxwell les avait incitées à prodiguer des massages à Jeffrey Epstein, ceux-ci s'achevant par des actes sexuels.

L'une d'elles, connue sous le pseudonyme "Jane", a détaillé comment Ghislaine Maxwell l'avait recrutée à un camp de vacances et l'avait fait se sentir "spéciale".

"Jane" a également raconté comment les rencontres et les actes sexuels avec Jeffrey Epstein étaient devenus une routine, avec la présence parfois de Ghislaine Maxwell.

Une autre témoin, "Carolyn", a déclaré qu'elle était habituellement payée 300 dollars après chaque rencontre sexuelle avec Jeffrey Epstein, et que Ghislaine Maxwell donnait souvent l'argent elle-même.

L'une des avocates de la presque sexagénaire a déclaré dans sa plaidoirie finale que l'accusée était une femme innocente. "Ils ont certainement prouvé qu'Epstein a abusé de son argent et de son pouvoir. Mais ça n'a rien à voir avec Maxwell."