Après avoir commenté l’affaire Ary Abittan (dont il est proche) sur le plateau de Touche pas à mon poste, Bernard Montiel a, cette fois, donné son avis sur les démêlées de Nicolas Hulot avec la justice.

Vendredi, on apprenait en effet, par voie de communiqué de la procureure de Paris Laure Beccuau, qu’une enquête préliminaire pour viol et agressions sexuelles avait été ouverte à l’encontre de l’ancien homme de télé et ancien ministre.

Cyril Hanouna, le même jour, a donc décidé de mettre le sujet sur la table, en invitant notamment Anaïs Leleux, fondatrice de "pourvoir féministe", qui a expliqué qu’une des victimes avait envoyé une lettre à Brigitte Macron afin de l’informer de la situation et ce alors que Nicolas Hulot était toujours ministre dans le gouvernement de son mari. Une deuxième lettre aurait suivi, elle aussi sans effet puisque le Président avait réitéré son soutien au ministre de l’Écologie.

Proche du couple présidentiel, Bernard Montiel a tenu à donner sa version des faits : les lettres sont bien arrivées au Cabinet mais ne sont jamais remontées jusqu’à Brigitte Macron. "Ça, franchement, elle ne le savait pas, elle n’était pas au courant. Je peux vous le dire parce qu’elle me l’a dit. Je lui ai posé la question il y a deux jours pour tout vous dire", a expliqué le chroniqueur.