La situation "revient graduellement mais sûrement à la normale", a déclaré la ministre Khumbudzo Ntshavheni lors du point-presse quotidien du gouvernement, signalant qu'aucun incident n'était à signaler dans l'agglomération de Johannesburg, contre près de 1.500 encore, de différents types, en pays zoulou (Est) ces dernières 24 heures.

Le président Ramaphosa, qui s'est montré sur le terrain pour la première fois depuis le début des troubles le 9 juillet, a déclaré depuis Durban, le grand port du Kwazulu-Natal (Est), que les initiateurs de ces violences seraient poursuivis.

"Nous en avons identifié un bon nombre, nous ne permettrons pas l'anarchie et le chaos" dans le pays, a-t-il ajouté, alors que la police enquête sur 12 personnes soupçonnées d'être derrière le déchaînement de violences.

Le gouvernement avait annoncé que sur ces douze, l'une avait "déjà été arrêtée et la surveillance accrue concernant les 11 autres", et dénoncé "un sabotage économique".

Les premiers incidents, pneus brûlés et routes bloquées, ont éclaté la semaine dernière au lendemain de l'incarcération de l'ex-président Jacob Zuma, condamné pour outrage à la justice. Ils se sont ensuite étendus, sur fond de chômage endémique et de nouvelles restrictions anti-Covid, jusqu'à provoquer l'intervention de l'armée.

"Nous aurions pu faire mieux, nous avons été débordés par la situation, a-t-il reconnu, répondant aux critiques sur l'action du gouvernement. Mais cette situation "aurait pu être bien pire" si les forces de l'ordre n'avaient pas été au rendez-vous, a-t-il assuré.

Il a promis que jusqu'à 25.000 soldats, dix fois plus qu'en début de semaine, seraient bientôt opérationnels pour sécuriser un calme encore précaire.