"Nous déplorons l'émergence de groupes qui dévient des valeurs de humaines" et qui "au nom de la liberté d'expression, insultent l'islam et son Messager", a réagi le Haut Conseil, dans un communiqué publié sur la page Facebook de la présidence algérienne.


"Le Haut Conseil islamique (HCI) condamne fermement cette campagne virulente contre le prophète Mahomet", poursuit cet organe consultatif chargé notamment d'émettre des avis à la lumière des prescriptions religieuses. Le HCI est composé de quinze membres désignés par le président de la République.

Sans citer nommément le président français Emmanuel Macron, il regrette que cette campagne de dénigrement émane d'"un responsable qui se targue d'être le protecteur des valeurs de fraternité, de liberté et d'égalité".

Le communiqué fait allusion aux propos de M. Macron, qui a assuré que la France continuerait de défendre les caricatures de Mahomet lors de l'hommage mercredi dernier au professeur Samuel Paty, décapité dans un attentat islamiste pour avoir montré ces dessins en classe.

Le Haut conseil islamique algérien exhorte "les sages du monde, les organisations religieuses et de défense des droits de l'Homme ainsi que les instances du dialogue interreligieux à faire face à ce discours extrémiste" et à "oeuvrer pour le respect des symboles religieux communs contre la haine et le racisme".

Les déclarations de M. Macron ont suscité un flot de critiques dans le monde musulman, de la part de dirigeants politiques et religieux, d'élus mais aussi de simples citoyens sur les réseaux sociaux, et provoqué des manifestations et des appels au boycott des produits français.


Des Algérois interrogés dans la rue par l'AFP manifestaient également leur désapprobation.

"Macron a lancé une attaque contre l'Islam et les musulmans", a affirmé Mekid Ahcen, un journalier de 42 ans.

"Je demande aux peuples arabes et aux musulmans de boycotter tous les produits français. En plus du boycott, il faut que les Algériens sortent dans la rue pour exprimer leur colère et leur soutien à notre prophète Mahomet qui est notre guide", a-t-il estimé.

"Nous musulmans, nous avons répliqué à Macron en protestant sur les réseaux sociaux comme Facebook", a confié Nawal, une professeure de lycée de 51 ans.

Par ailleurs, le recteur de la Grande mosquée de Paris, l'avocat franco-algérien Chems-Eddine Hafiz, considéré comme un modéré, a condamné dans un tweet les appels au boycott, dénonçant une "instrumentalisation de l'islam", "visant à discréditer" la France.

Plus ancienne institution musulmane en France métropolitaine, la Grande mosquée de Paris est contrôlée et largement financée par l'Algérie.