"Suite aux alertes des associations que je remercie, j'ai demandé à (Amazon France) de mettre fin à la commercialisation sur leur plateforme de poupées sexuelles à l'effigie d'enfants", a détaillé Adrien Taquet sur Twitter, "ce qu'Amazon France a immédiatement fait en s'engageant à rester vigilant".

"Bannir la pédocriminalité de notre société est de la responsabilité de chacun", a encore déclaré Adrien Taquet, qui doit mettre en place à l'automne une "commission indépendante sur les violences sexuelles faites aux enfants", comme il l'avait annoncé début août.

Un tel cas de figure s'était déjà posé en 2018 sur Amazon au Royaume-Uni.