Dans un communiqué, Donald Trump a attaqué une parlementaire républicaine, Liz Cheney, parce qu'elle "continue" d'affirmer "bêtement qu'il n'y a pas eu de fraude électorale lors de l'élection présidentielle de 2020 alors qu'en fait, les preuves (...) démontrent le contraire".

"Une honte absolue"

Par ailleurs, dans le même communiqué, l'ancien président a qualifié de "honte absolue" les décisions des réseaux sociaux de suspendre ses comptes. "Ce que Facebook, Twitter et Google ont fait est une honte absolue", a-t-il écrit. "On a retiré la liberté d'expression au président des Etats-Unis parce que des fous de la gauche radicale ont peur de la vérité mais la vérité sortira de toute façon, plus grande et plus forte que jamais", a ajouté M. Trump.